Dans cet internat, quatre clans d'élèves hors normes s'affrontent à mort... Choisis ton camp et bas-toi !
 

Partagez | 
 

 Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aya Baravon

avatarMessages : 102
The dead's money : 9554
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27

Votre pensionnaire...
Groupe: Personnel
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Contrôle de son sang

MessageSujet: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 11:35

Je sortais d’une matinée désagréable même si ça n’avait rien d’inhabituel, un rien m’ennuyait depuis quelques temps. C’est vrai, dans l’infirmerie, il y avait encore très peu d’élèves qui y venaient… dans un sens c’était compréhensible, ils n’étaient pas censée savoir que j’étais au courant pour les clans de ce pensionnant et donc des possibilités d’être gravement blessé. Du coup, ils devaient sûrement se soignaient entre eux.

Une réunion ridicule entre les différents infirmiers des écoles alentours avaient eu lieu au petit matin. Ça aurait pu être intéressant si je n’étais pas infirmière de ce pensionnat pour m’occuper de cas vraiment préoccupant, comme panser une plaie, recoudre la peau quand celle-ci en a besoin pour cicatriser, sauver un élève de la mort qui lui tend les bras.

Alors que ce groupe de soignants ne font qu’écouter les plaintes de leurs élèves dont les blessures sont plus psychologiques que physique, c’est pathétique. Ils sont là pour éviter les suicides alors que mon intention en tant qu’infirmière est de sauver des élèves qui se battent pour des valeurs qui leurs paraissent juste. Enfin ce n’est pas tout à fait ça … mais c’était pour intéressant que d’entendre un enfant dire qu’il veut mourir sans avoir essayé une seule fois de se battre.

Bref… je m’étais levée devant cette assemblée, ramassant mes affaires sans dire un seule mot pour finalement les laisser dans leur délire qu’est le monde des bisounours. Non mais franchement, ils ne pratiquent pas du tout la médecine alors qu’est-ce qu’ils foutent de leurs journées… l’ennui que j’éprouve lorsque l’infirmerie est vide est pour eux une bénédiction, mais ne serait-ce que les imaginer devant un élève entre la vie et la mort, ça me faisait bien rire... Ils ne sauraient sûrement pas quoi faire à pat appeler les urgences.

Pour ne pas être sortie pour rien, je m’étais acheté quelques beignets de viandes dont le nom japonais m’échappa une nouvelle fois pourtant ça faisait longtemps que je vivais au Japon maintenant mais c’était bien la première fois que je mangeais un de ses trucs là. J’arrivais enfin au pensionnat que je n’aurai pas dû quitter, même les petits bobos des étudiants m’auraient plus amusé que cette réunion. Je m’aventurais dans la cour sentant une fine pluie qui commençait à s’écouler… décidément cette journée était vraiment morose mais je n’avais rien contre la pluie et puis ce beignet bien chaud était encore meilleure sous la pluie.

C’était assez étonnant, à première vue il n’y avait personne dans la cour pourtant il était l’heure de déjeuner, je supposais qu’ils étaient déjà tous dans le réfectoire donc je pouvais prendre mon temps, les indigestions n’arrivent pas avant une bonne demi-heure, enfin en règle général. Il y avait quand même une chose positive, pour une fois j’avais mis un haut qui ressemblait plus à un bustier qu’autre chose, noir donc la pluie ne le rendait pas transparent comparé à mes T-shirt blanc que je m’étais souvent.

Ce n’était pas une raison pour rester sous la pluie, je m’étais réfugiée sous le petit préau, contemplant la pluie qui devenait abondante mais surtout bruyante, il était devenu très difficile d’entendre autre chose que l’eau qui s’abattait sur les toits et le sol.

Oubliant le reste et me basant sur le fait qu’on entendait pas grand-chose, je chantonnait en mangeant entre deux phrases l’un de mes beignets de viande.

«Oublier que tout se casse
que la vie nous dépasse…♫ "


_________________



Spoiler:
 

Médaillon:
 


Dernière édition par Aya Baravon le Lun 8 Oct - 17:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Regaina

Messages : 882
The dead's money : 10773
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 19
Localisation : Bouh ! *dans ton dos !*

Votre pensionnaire...
Groupe: Heaven
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Secret...

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 12:24

Journée de merde. Elles commençaient à être nombreuses, ces journées où je m'ennuyais en cours, avait envie de faire plein de truc pendant les pauses mais ne trouvais pas la force de le faire, alors que je pétais la forme. Je notais machinalement les leçons, répondais comme une automate, et marchais lentement sans but précis. Dès que je m'arrêtais quelque part, mon regard fixais le sol, le mur, le plafond, quelque chose, et ne bougeais plus. On aurait pu croire que j'étais pensive. Mais en fait, je crois que j'avais besoin d'un peu d'action.
Les clans, ces derniers temps, étaient eux aussi à plat. Les Heaven ? Ça stagnait. Les Naught ? Chris semblait absent complet. Estate et Hell ? J'en avais rien à carrer total. Autant vous dire que c'était le calme plat. Un calme aussi lourd que les nuages noirs qui se rassemblaient tous au dessus de notre tête depuis des jours. La température n'était pas glaciale pour autant - on était encore en octobre - mais on sentait que l'orage allait péter.

D'ailleurs, c'est ce qu'il fit aujourd'hui même.

J'étais tranquillement assise sur le toit du réfectoire, à manger ce que j'avais piqué dans le réfectoire, toute seule. Je mangeais un peu au ralentis, appréciant le bout de pain. Je pensais un peu à tout et à rien, tout ce qui me passait par la tête.
* Tiens, y'a personne dans la cours...
Oh, j'ai pas fais mes exos de maths pour cet aprem...
Je me mangerais bien des becs...
Mais pourquoi il n'y a personne dans la cours ? Il y en a toujours, vu que le réfectoire ne peut pas tous les accueillir...*

Enfin, vous l'aurez compris, je n'étais pas en train de réfléchir à un sujet philosophique du genre "Qu'est-ce que la véritable beauté ?" ou "Qu'est-ce que la liberté ?". J'étais vraiment à plat niveau intellectuel en ce moment.

Je finissais tout juste mon pain lorsque la pluie commença à tomber. De fines gouttes, tout d'abord. Rien de très grave. Aussi, je n'y fis pas attention et me contentais de regarder vers l'horizon. Puis Jésus décida de se lâcher carrément et pouf ! Il pleuvait des cordes. Des gouttes froides, gelées même. Qui me firent l'effet d'un gros seau d'eau glaciale en pleine poire. Je me "réveillais" et me levais précipitamment. Je n'avais jamais apprécié l'eau de pluie, la pluie elle-même. J'aimais les jours où il drachait, oui, mais pas quand je me prenais trois litres d'eau dans la gueule en moins de trente secondes. Je descendais du toit par le chemin le plus court, c'est-à-dire en sautant directement du haut des quelques mètres de hauteurs.
Mes pieds une fois à terre, je courais vers le préau. La pluie me giflait le visage, et je voyais pas trop trop bien au delà de dix mètres. La faute à l'eau qui tombait drue. Quand j'arrivais enfin sous l'abri, j'étais... comment dire ? Trempée, oui, c'était le cas. Je regrettais de ne pas avoir mis de veste ce matin, car j'avais un peu l'air conne avec mon tee-shirt manche longue qui me collait à la peau. D'façon... Je touchais avec ma main droite une goutte d'eau qui courait le long de mon bras gauche, puis prenais le contrôle de l'eau. Ma capacité de Caméléon me servait aussi à ça : prendre le contrôle de toute matière. Alors que j'enlevais d'un simple geste l'eau qui imprégnait mes habits, j'entendis au dessus du vacarme comme... Un chant ?
Je me retournais et balayais rapidement l'intérieur du préau des yeux. Il n'y avait qu'un personne à part moi, que je n'avais pas vu avant ce moment là. J'avais pas vraiment envie de m'approcher de cette personne. Une adulte, qui plus est. Nan, vraiment, j'avais envie de me poser par terre et de continuer à rester passive pendant quelques jours encore, à ne rien foutre d'autre que ne rien faire...

[Voualà, sorry, pas super meuh bon XD Et au fait... Marrie Mai Powaaaaa ! o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sotc.forumactif.org
Madara A. Roussanov

avatarMessages : 31
The dead's money : 9425
Date d'inscription : 30/09/2012

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 13:34

  • _ Et tu vois, le problème c'est que Saizou-kun à encore dit que les fleurs il s'en fichait, mais moi je tien vraiment à ce qu'on mette des fleur dans la classe... elle parlait encore. De chose pas forcément intéressante qui plus est, mais Madara ne supportait pas le silence. Ça lui donnais l'impression d'être une bête enfermée quelque part. Elle accordait à la communication une place centrale dans sa vie. Vie qu'elle passer à bavasser de choses plus ou moins intelligente avec les gens qui l'entouraient. Tout partait d'une bonne intention , qui était souvent mal interprété. Elle s'était accrochée au bras de Kazuki Egawa son supérieur hiérarchique au sein de l'école. Il n’empêche que si on lui avait dit avant qu'elle ne s'inscrive dans l'établissement ce qu'il s'y tramais : elle ne serai sans doute jamais restée au Japon. La jeune russe poursuivait son déblatérage inutile. Elle racontait avec indignation l'injustice dont elle avait été victime un peu plus tout dans la matinée. Elle remarqua qu'il pleuvait mais cette constatation ne la dérangeait pas outre mesure. Elle commentait farouchement l'épisode. Un Hell de sa classe avait refusé que la pièce soit agrémenté de fleur sous le simple prétexte que c'était une Estate qui l'avait demandé et que la classe étant principalement constituée de personne non impliquées dans la guerre de clan et de Hell c'était forcément un piège. C'était faut avait-elle répliqué. C'était vraiment juste par ce qu'elle trouvait ça joli. Et puis de toute façon elle ne voyait pas comment des gens qu'elle ne connaissait pas d'Eve ni d'Adam aurai pus savoir ce qu'elle était capable d'accomplir avec des fleurs.

    _ Je sais bien que nous ne sommes pas pareils mais je trouve ça vraiment injuste ! Ils ont été méchant pas vrais Kazu-kun? comme si elle demandait vraiment son avis sur la question. Elle avait faillis se mettre en colère devant ce qu'il c'était produit et c'était souvenu que ça ne résoudrait rien. Et elle n'était pas pour le fait de déclencher une bagarre et cause du tords aux siens. Maintenant qu'elle y repensait elle sentait les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle les leva vers le visage de Kazuki, les lèvres pincées dans une moue vexée. Ils gagnèrent le préau et lorsqu'ils furent à l’abri, la jeune fille se détacha de lui pour secouer ses cheveux roses imbibés d'eau. Si elle avait été une autre personne, elle aurait sans doutes utilisé ses pouvoir pour faire évaporer l'eau, mais sa crainte d'elle-même n'étant toujours pas dépassée, elle se contentait d'agir le plus simplement du monde. Les Hells auraient bien ris. Elle renifla et frota le bout de son nez rosis par la fraîcheur de l'eau, bougonnant toute seule des mots incompréhensible. Du russe en fait. Elle allait parler encore mais elle remarqua qu'ils n'étaient pas seuls sous le préau. Sa réaction se fit immédiatement. Quelqu'un qui la connaissait n'aurai même pas été surpris que son attention soit aussi vite détourné, mais sans doute affolé de la voir se diriger si prestement vers deux inconnus dans une école comme celle-ci. Elle lâcha le bras de son chef et son visage s'illumina de milliers d'étoiles. Un rire franchis sa bouche pour raisonner dans tout l'espace. Elle trottina vers les présents tout en faisant de grands gestes de bras pour prévenir de son arrivée imminente. Comme visiblement ça n'avait pas l'impact désiré elle les héla gentiment, lorsqu'elle fut assez proche pour les différenciez l'une de l'autre.
    _ Infirmière-saaaaan ! Green-chaaaan!

    Maintenant qu'elle avait capté leur attention la Russe se demandait ce que qu'elle allait bien pouvoir faire ou bien dire. Elle glissa sur le sol humide et poussa un cris de détresse inutile lorsqu'elle compris que dans sa précipitation elle été tombée sur les genoux. Hébétée par l’événement elle s'assit. Silencieusement. Les jambes tendues devant elle les yeux rivés sur ses genoux égratignés. Un nouveau rire sortis de ses lèvres. Elle se mit à rire et rire encore, visiblement amusée par ce qu'il venait de se produire. Une fois le choc passé elle arrivait parfaitement à imaginer la scène étrange qu'elle avait du offrir aux deux apostrophées. Puis elle se souvint qu'elle n'était pas arrivée seule. Rapidement elle tourna la tête pour apercevoir son chef et ami qui s'avançait encore, puis elle retourna aux autres personne présentes.
    _ J'aime bien la pluie, mais je préfère la neige. déclarat-elle comme si c'était quelque chose d’intéressant et de véritablement important. Elle daigna se relever et défroisser sa petite robe noire. Elle remonta son gilet sur ses épaules. Et offris à l'assemblée un sourire ravi, heureux et tout bonnement indéfinissable.
    _ que faites vous dehors par ce temps? elle demanda comme si ce n'était pas évident. Comme si ça lui semblait absolument illogique qu'une autre personne qu'elle ai pu penser à sortir sous la flotte. Ses yeux se teintèrent de gris et elle regarda avec fascination l'eau tomber.
    _ J'aime bien quand infirmière-san chante.

_________________


Demain, je t'aimerai encore plus fort tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Egawa
- La Fumée de la Feuille -
avatarMessages : 364
The dead's money : 10008
Date d'inscription : 18/08/2012

Votre pensionnaire...
Groupe: Estate
Puissance:
61/100  (61/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 16:24

Pluie. Une pluie tombait, apportant avec elle son odeur si particulière, si... mystérieuse. J'aimais énormément cette odeur néanmoins, la pluie en elle-même était autre chose, un peu trop mouillante à mon goût puisque je portais des vêtements, en l’occurrence une chemise et un pantalon rouges et noirs, qui étaient en train de devenir trempés, même si je portais un manteau par dessus. De plus, l’inactivité dans la guerre des clans me mettait mal à l'aise: j'étais persuadé qu'elle n'allait pas durer et que quelque chose allait nous tomber dessus mais quoi? Au moins, j'avais quelque chose pour m'occuper qui éclipsait la pluie, aussi ennuyante pouvait-elle être en ce moment précis. Quelque chose de pendu à mon bras, en me faisant quelque peu vaciller, mais qui n’était pas si dérangeant que cela, malgré l'encombrement:

_ Et tu vois, le problème c'est que Saizou-kun à encore dit que les fleurs il s'en fichait, mais moi je tien vraiment à ce qu'on mette des fleur dans la classe...

Madara continua de me décrire le problème qui était survenu dans sa classe. Personnellement, je ne parvenais pas à le voir comme quelque chose d'important mais je n'étais pas contre le fait de mettre des fleurs dans une salle de classe: cela ne la rendrait que plus jolie. Et si, par hasard, les Hell pensaient à un complot, il suffisait tout simplement de les laisser poser les fleurs, non? Et puis, de toute manière, si Madara avait réellement envie de mettre des fleurs dans sa salle de classe, elle allait sans doute y arriver sauf si son idée changeait avant qu'elle n'atteigne son objectif. Après tout, elle avait tendance à ne pas prendre en considération ce qu'on lui disait ce qui pouvait parfois s'avérer... problématique. Mais qu'est-ce que la vie sans un peu de piment? Seul les difficultés pouvaient permettre de montrer et de graver ma grandeur dans l'Histoire, que ce soit celle de l'humanité ou de cet établissement. Je continuais à marcher, nous dirigeant tant bien que mal sous le préau sans me douter d'un seul instant de ce qui allait se passer.

_ Je sais bien que nous ne sommes pas pareils mais je trouve ça vraiment injuste ! Ils ont été méchant pas vrais Kazu-kun?

Ma réponse fusa alors que Madara leva vers moi son visage, les traits modifiés par des émotions qui disparaitraient aussi aisément qu'elles étaient venues. Même si elle n'avait certainement pas besoin de ma réponse et qu'elle n'était peut-être même pas en train de m'écouter, je ne pu m'empêcher de faire un commentaire pour la reprendre.

"-C'est vrai que se comporter comme cela envers ses futurs alliés n'est pas ce qu'il y a de plus gentil. Mais ils sont quand même comme nous, des humains, Madara. Ne l'oublie pas car refermer ton esprit sur nos différences t'aveugleras et t'empêchera de remarquer et d'apprécier à leurs juste valeurs les ressemblances."

L'avancée sous la pluie tombante continua et, lorsque nous arrivâmes enfin au préau, j'étais trempé et je n'appréciais pas cela mais il me suffit de regardait la réaction de Madara qui semblait ne pas s'en soucier le moins du monde pour me convaincre de faire comme elle. En portant à nouveau mon attention sur celle-ci, je m’aperçus qu'elle semblait bougonner quelque chose dans une langue incompréhensible, sûrement du russe que je n'avais pas pris la peine d'apprendre malgré ma mémoire. Peut-être n'était-elle pas aussi indifférente que cela à cette pluie? Avant que la réponse à cette question me vînt, Madara se mit à courir vers d'autres personnes qui avaient trouvé refuge ici, sous le préau. Je connaissais au moins l'une de ces silhouettes...

_ Infirmière-saaaaan ! Green-chaaaan!

Et voila que Madara se mettait à courir et à appeler Kyana "Green-chan", ce qui risquait de la vexer... La suivant, je la vit glisser sur le sol trempé dans la précipitation mais j'étais trop loin pour la rattraper. Visiblement surprise par la tournure des événements, elle se mit à faire l'une des chose que la jeune fille maîtrisait à la perfection: rire. Elle continua, d'un rire harmonieux, à se moquer d'elle-même, peut-être même sans s'en apercevoir puis sembla enfin se rappeler ou elle était, me regardant avant de reporter son attention, toujours à terre, sur les deux autres personnes: Kyana Sheila Abigail Ashriel, assaillante des Heaven et Ghost des Naught ainsi que l'infirmière dont le nom était Aya Baravon d'après ce que j'avais lu. Bien entendu, je n'avais pas pris la peine d'aller chez l'infirmière puisque je n'avais aucune confiance en celle-ci. Dans le cas de Kyana, je l'avais lâchée peu de temps après avoir entendu un discours entre elle et le chef des Naught, la laissant faire puisque, de toute manière, cela me serait profitable.

_ J'aime bien la pluie, mais je préfère la neige.

Toujours assise, elle parlait puis, avec un grand sourire qui me semblait parfaitement normal sur son visage, elle finit enfin par se relever et par ajuster ses vêtement avant de continuer à parler. Madara ne pouvait vraiment pas arrêter de parler, le pouvait-elle? J'en profitais pour me rapprocher de manière à me poster à ses côtés et m'incliner légèrement devant les deux autres personnes, le faisant également pour Madara qui semblait avoir oublié de dire "Bonjour" mais qui pouvait la blâmer, elle?

_ que faites vous dehors par ce temps?
_ J'aime bien quand infirmière-san chante.


Juste après avoir écouté ce qui passait par la tête de Madara, je me décidai de lui répondre et d'en profiter pour au moins l'informer de qui elle avait en fasse d'elle, histoire qu'elle comprenne qu'il ne fallait pas les provoquer. Ou du moins, pas consciemment.

"Voyons voir, Madara... C'est-à-toi de me dire ce que je fais ici alors qu'il pleut, non? De plus, Kyana et Mlle Bavaron, notre infirmière, doivent tout simplement avoir voulu prendre refuge, non? Surtout qu'il n'y a lus de places au réfectoire. Quoi que, dans le cas de Kyana, j'aurais pensé qu'une pluie n'allait pas l'affecter du tout... En tout cas, tu devrais faire un peu attention: une ex-Naught, ça peut-être dangereux, même si je suis là, hein?"

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Baravon

avatarMessages : 102
The dead's money : 9554
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27

Votre pensionnaire...
Groupe: Personnel
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Contrôle de son sang

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 17:49

J’aurais dû m’en douter avec cette pluie qui était devenue soudainement intense, je n’allais pas rester longtemps seule ici mais il fallut que j’entende des voix autour de moi pour m’en rendre compte, m’arrêtant soudainement de chanter en restant la bouche béante un certain temps. Ça m’avait surpris et ce n’était que le début.

Je vis en premier lieu une élève aux cheveux d’un vert très prononcé qui lui valut le surnom de Green-sans, c’était d’ailleurs assez marrant mais encore fallait-il que l’élève prenne ça comme une simple blague. Cette dernière semblait être à mes côtés depuis un petit moment déjà, ce qui me mit dans l’embarras, elle était resté luette sans m’interrompre dans ma chanson alors que je me serais tu si j’avais remarqué sa présence. Si j’avais été une élève, ce petit accident aurait été l’élément déclencheur d’un combat mais j’avais renoncé à ses sautes d’humeur en devenant infirmière, sauf exception.

Puis je me retournais en entendant des pas se diriger rapidement vers moi puis le bruit significatif d’un pied qui glisse amenant la jeune fille à l’inévitable chute. Je me retenais de rire ou du moins j’essayais de le dissimuler tout en m’inquiétant tout de même de l’état de la demoiselle, je m’abaissais à son niveau en lui demander de la manière la plus simple possible.

« Tu ne t’es pas fais mal, ça va aller ? »


En réalité, elle enchaina avec d’autres affirmations et questions quelques peu inutiles mais qui étaient les bienvenus. C’est d’ailleurs étrange, un caractère aussi désinvolte devrait m’agacer après tout je suis consciente que je m’énerve régulièrement et ce genre de comportement devrait vraiment me déplaire alors pourquoi je trouvais ça amusant voir même mignon ? J’en arrivais à la conclusion que cette fille devait dégagée une douceur qui rendait ce comportement acceptable. Je me perdais à chercher une explication à mon calme alors que j’aurais dû répondre aux questions, je pensais juste à la remercier pour son compliment sur mon chant même si j’aurais préférer que personne ne m’entende.

« Merci… »

Je vis de loin son acolyte s’avancer vers nous, il prit même la parole en répondant à notre place à la question du pourquoi on était sous le préau, je le regardais en restant accroupis près de la jeune fille puis je me relevais trouvant une nouvelle situation embarrassante à mon actif.

D’autant plus que la jeune fille s’était déjà relevée quelques secondes avant moi sans que j’ai pu prendre l’initiative de l’aider malgré cela je n’hésiterais pas à l’aider si le besoins e faisait sentir, c’était devenu mon seul objectif.

Apparemment il se méfiait les uns les autres, les histoires de clans étant encore au centre des tensions, c’est du moins l’impression que j’eus. Je me permis juste de reprendre le jeune homme sur mon identité, refusant catégoriquement qu’on m’appelle par mon nom… C’était frustrant dans un sens, « Mlle Baravon », je ne m’identifiais pas du tout à ce nom qui en plus de cela appartenait à mon défunt père.

« Aya… si ça ne te dérange pas. Je préfère qu’on m’appelle Aya. »

Évidemment cette remarque était à destination des trois élèves, j’espérais juste qu’ils respecteraient mon choix. Je l’écoutais attentivement au point que lorsqu’il évoqua ex-naught, je détournais le regard vers la fille aux cheveux verts, espérant malgré que moi que l’on parle de cette demoiselle et non pas de moi. En même temps comment est-ce qu’il pourra connaître une telle chose… je me méfiais quand même en sachant que certains élèves avaient des pouvoirs surprenant qui pourrait sûrement révéler mon passé. Peut être par nervosité ou pour passer le temps pendant que le jeune homme expliquait à la jeune fille aux couettes la situation, je pris un nouveaux bout de mon beignet de viande. A ce moment précis, je ne savais pas vraiment si je devais me sentir viser par sa dernière phrase alors je l'ignorais tout simplement.

Je compris facilement pourquoi le jeune homme était si méfiant, les naught avait toujours était craint et même en quittant ce clan, la réputation reste. Du coup je me sentais encore mal à l’aise et prit l’initiative de changer de sujet sans laisser croire que j’avais quelques chose à cacher. De toute façon on a tous des secrets.

« Comme ton camarade l’a dit, c’est le seul endroit à proximité pour s’abriter de la pluie, et pis c’est aussi un point parfait pour regarder la pluie s’écouler. Je te rejoins par contre sur un point, la neige est magnifique par rapport à cette pluie plus maussade. »


_________________



Spoiler:
 

Médaillon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Regaina

Messages : 882
The dead's money : 10773
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 19
Localisation : Bouh ! *dans ton dos !*

Votre pensionnaire...
Groupe: Heaven
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Secret...

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Sam 6 Oct - 21:07

Je ne suis pas restée bien longtemps tranquille, dans mon cocon de passivité totale. J'avais eu, pendant quelques instants, l'impression d'être seulement un légume : vivant, mais... incapable de bouger. Et puis ils étaient arrivés. Deux personnes. Et les bruits qui allaient avec... Le premier individu s'avança en courant vers nous, l'adulte qui avait arrêté de chanter, et moi.

- Infirmière-saaaaan ! Green-chaaaan !

Hannnn... Green-chan ? Hum... J'étais, comment dire... Perplexe face à ce surnom. J'en avais vraiment rien à carrer en ce moment même, alors qu'en temps normal j'aurais certainement voulue la tuer, mais mes cheveux étaient vraiment si voyants que ça ? En plus, la personne qui m'avait interpelée, une jeune fille de mon âge, une Estate apparemment, ne pouvait pas vraiment pas critiquer mes cheveux : les siens étaient roses. Ouais, bah j'préférais me teindre les cheveux en rouge criard qu'avoir les cheveux roses bonbon, merci... Je jetais un regard furtif à son compagnon, et j'eus à peine le temps d'entrevoir sa silhouette familière que l'autre tombait par terre. D'habitude, je pense que j'aurais ris méchamment, au moins intérieurement, mais là... Aucune réaction. Je regardais juste l'autre cruche se ramasser par terre et rire. Quand est-ce que j'avais ris, véritablement, la dernière fois ? Des mois ? Des années ? Ou... jamais ? C'était une bonne question.
Elle tourna un instant la tête vers son acolyte. En posant à nouveau mon regard sur le type, plus longtemps cette fois, je pus le reconnaître aisément : Kazuki Egawa, peace and love de son état, et aussi leader des Estate à plein temps. Immédiatement, la sortie catastrophique que j'avais tentée lors de notre dernière rencontre me revint en mémoire, et un goût amer s'installa confortablement sur mes papilles. Je reportais on attention sur la Rosebonbon-chan, qui parlait de sa préférence entre la pluie et la neige. Je me demandais bien ce qu'on avait à en carrer de cette information, en comprenant que là était la spécialité de cette fille : la papotage inutile. Je me trompais peut-être, hein, mais n'empêche, je n'en avais absolument rien à faire du "J'préfère la neige".
L'infirmière demande si la jeune fille allait bien. Cette dernière se releva, arrangea ses habits et nous souris. Kazuki s'avança et se mit à sa hauteur. Protecteur envers les membres de son clan, okay... Et non, ce n'est pas comme si c'était normal. Il y avait des leader qui s'en foutaient totalement des vies perdues dans leur clan. Ce n'était rien d'autre que des chiffres, après tout, pour eux. Je dirais même que les leaders qui tenaient réellement à leurs membres étaient rares.
La fille qui venait de se ramasser enchaîna avec des paroles toujours aussi futiles mais qui au moins comblaient le silence.

- Que faites vous dehors par ce temps ? J'aime bien quand infirmière-san chante.

Même pas besoin de répondre à la question, Kazuki, qui tenait ab-so-lu-ment à mettre son grain de sel, l'a très bien fait à notre place :

- Voyons voir, Madara... C'est-à-toi de me dire ce que je fais ici alors qu'il pleut, non ? De plus, Kyana et Mlle Bavaron, notre infirmière, doivent tout simplement avoir voulu prendre refuge, non ? Surtout qu'il n'y a lus de places au réfectoire. Quoi que, dans le cas de Kyana, j'aurais pensé qu'une pluie n'allait pas l'affecter du tout...

C'est ça, dit que je suis insensible au possible. Il savait très bien qu'en partie, ce n'était pas vrai. Pis quel con aurait envie d'attraper une saloperie par ce temps là ? Les sado-maso purs, oui. Je ne l'ouvrais pas, préférant me terre, même si, lentement, je commençais à me réveiller. Disons que ma tension remontait un peu, en tout cas...

- En tout cas, tu devrais faire un peu attention: une ex-Naught, ça peut-être dangereux, même si je suis là, hein ?

Je lui jetais un regard noir. Merciiiiiii, Kazu' ! Vas-y continue comme ça, dis mon identité, décline mes capacités, raconte mon passé et ce sera parfait ! J'aurais une bonne raison pour te tuer, au moins. Ah oui, là, j'étais pleinement réveillée. Je n'étais pas sûre à cent pour cent qu'il ne s'adressait qu'à moi, mais j'étais visée. Je recherchais déjà une répartie cinglante lorsque l'infirmière prit la parole.

- Aya… si ça ne te dérange pas. Je préfère qu’on m’appelle Aya.

Aya Baravon. Bah au moins, maintenant, je connaissais son identité. Ce n'était plus "l'adulte", "la personne" ou simplement "la jeune femme". Puisque j'avais perdu légèrement le cours de mes pensées, je me contentais d'écouter la phrase suivante :

- Comme ton camarade l’a dit, c’est le seul endroit à proximité pour s’abriter de la pluie, et pis c’est aussi un point parfait pour regarder la pluie s’écouler. Je te rejoins par contre sur un point, la neige est magnifique par rapport à cette pluie plus maussade.

Allez, concours de phrases à la con !

- Et moi, je suis un bisounours.

C'était, à peu près, ce que m'inspirais cette conversation. C'est à dire un mélange de voix douces qui chantaient des génériques colorés débiles, de personnages qui l'étaient tout aussi, de petits poneys magiques et des chats tartines avec un arc-en-ciel dans le c*l... Pas très glorieux. Et j'avais envie de dégueuler mon maigre repas.
Maintenant que j'avais attiré l'attention sur moi, je me tournais d'abord vers l'infirmière et la rosebonbon-chan en souriant simplement, le regard ne reflétant aucune animosité.

- Bonjour. Ouais, et moi, j'préfère la pluie, quand je suis bien au chaud à l'intérieur.

Autant participer à leurs conneries. Puis je me tournais vers Kazu', hésitant entre l'égorger de suite car j'en avais soudainement envie, le fixer comme ça jusqu'à ce qu'il parte, ou lui parler... Troisième réponse !

- Et toi...

Je réfléchissais à une suite. Hum... Menaces ? Nan, il en aurait rien à foutre si ça l'impliquait directement...

- A ta place j'arrêterais de suite de divulguer des infos sur moi comme ça, car je ne pense pas que tu aimerais avoir sur la conscience l'amnésie de plusieurs personnes... non ?


Je soupirais un instant. En fait, je n'en avais rien à foutre qu'il ai ça sur la conscience ou pas. Je savais que si je rendais son Estate amnésique pendant quelques temps il n'apprécierait pas du tout. Du coup, j'espérais qu'il saura se taire... Je n'avais pas envie de chercher la bagarre. Pas aujourd'hui, du moins. Et malgré ce que je venais de dire, je préférais le mettre au parfum...

- Et puis en ce moment j'ai tout sauf envie de faire exploser des têtes (tellement raffinée, cette expression). Je toucherais pas à ta p'tite protégée, si ça te fait plaisir... Mais en contre partie, laisse tomber les sous-entendus du genre "j'vais faire une hécatombe dans pas longtemps". Car, définitivement, j'ai pas envie de me battre.

En clair, s'il remettait les histoires de "warning, elle est dangereuse on l'approche pas, on lui parle pas, on la regarde même pas" sur le tapis, je me cassais et je rendais l'infirmière et l'autre Estate amnésique. Honnêtement, ça n'allait pas m'empêcher de dormir. Je passais la main dans mes cheveux qui étaient humides, avant de soupirer encore une fois et de perdre mon regard dans l'eau qui tombait toujours autant, avec plus de bruits peut-être que quelques instants auparavant. Au loin, un éclair zébra le ciel, et quelques instants plus tard, le tonnerre fit vibrer le sol.

J'avais un peu fait voler en miettes l'atmosphère peace and love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sotc.forumactif.org
Madara A. Roussanov

avatarMessages : 31
The dead's money : 9425
Date d'inscription : 30/09/2012

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Dim 7 Oct - 19:30

Elle avait écouté son supérieur avec attention. Comme si elle pouvait faire autrement. C'était devenu presque instinctif. Il parlait, elle écoutait. Même si ce n'était pas toujours évident à saisir.
_Madara-chan aime tout le monde Kazu-kun. C'est vrais. Moi je l'ai aime bien, même s'ils sont méchant avec moi. elle avait répondu le plus sincèrement du monde, avant de s'élancer à la poursuite des étoiles. Personne n'aurai pus nier le fait que Madara Anastasia Roussanov était une personne un peu particulière pour ne pas dire étrange, complètement folle à liée, dérangée, siphonnée et tout un tas d'autre truc en « ée » pas forcément reluisant. Heureusement que son caractère était tel qu'elle accordait peu d'importance à une autre jugement que le sien et celui des gens qui lui voulaient du bien. Sinon Madara aurait été une jeune fille très malheureuse.

Tomber. C'était mine rien quelque chose que Madara avait l'habitude de faire. Elle ne se sentait même plus vexée ou humiliée lorsque ça lui arrivait. En revanche elle se sentait profondément désolée pour les personne qui l'accompagnaient et que assistaient à la scène. Mais, ça la faisait rire : genre, c'est parfaitement normal pour une jeune fille de mon âge de se glander constamment dans des circonstances plus ou moins acceptables. Ce qui n'arrivait pratiquement jamais en revanche, c'est qu'on prenne la peine de lui demander comment elle se sentait. Les autres avaient abandonné l'idée qu'elle pouvait se faire ou bien se sentir mal à l'aise. Plus personne ne se souciait sincèrement de ce qu'elle ressentait dans ce genre de moment. Si on lui avait posé la question, elle aurais probablement répondu qu'elle allait parfaitement bien. Même si ce n'était pas la stricte vérité, le fait même qu'on se soucie de ce qu'elle vivait, l'aurait rendue terriblement heureuse et aurait effacé tout le reste. Alors lorsqu'elle entendis les quelques mots de la blonde à son attention, la russe resta parfaitement béate. Comme si c'était quelque chose d'inconcevable. Un OVNI aurai eu moins d'impact sur sa petite personne.
_Je vais bien ! Oui, Madara-chan vas toujours bien ! gazouilla t-elle comme une enfant. Son cœur fit des bonds et elle mourut d'envie de se retourner vers Kazuki, se sautiller de joie et de lui dire simplement « infirmère-san m'as demandé, si j'allais bien, moi. » bien que pour une autre personne qu'elle, ça n'ai eu probablement pas la moindre importance.

La seconde chose qui mit la slave dans un état de joie incommensurable, ce fut le « merci » dit de l'infirmière. Un mot qui avait été dit, prenait toute sa signification. Madara avait vus beaucoup de « merci » dans sa vie. beaucoup de non dits. Ceux-là lui laissaient un arrière goût âpre sur la langue, ainsi que la sensation ne n'avoir pas été assez méritante. Un peu comme si malgré tout les efforts qu'elle pouvait bien faire, il n'y avait qui ne soit suffisant pour qu'on lui dise un merci, qui vienne du fond du cœur. Madara se sentait tellement forte en cet instant qu'elle se sentie vraiment prise au dépourvu lorsque Kazuki se posta à ses côtés. Il s'inclinât et elle se rendit immédiatement compte de l'impolitesse dont elle avait fait preuve. Ses joues se teintèrent de rose et elle inclinât maladroitement sa tête , franchement désolée d'avoir oublié le respect qu'elle devait témoigné. Elle n'était pas en Russie. Ses lèvres articulaient un « pardon » muet alors qu'elle se redressait rapidement -la vitesse lui donnant le vertige-pour écouter ce que Kazuki pouvait bien à voir à dire. Au fur et à mesure qu'il parlait les grands yeux de la jeune fille s'agrandissait alors qu'elle le regardait avec un genre de crainte-fasciné. Puis ses perles incarnat voyagèrent de l'un à l'autre des personnages qui animaient cette drôle de pièce de théâtre. D'abord la jeune fille aux cheveux verts, puis l'infirmière blonde, Kazuki aux cheveux bruns. Kazuki, L'infirmière, la fille aux cheveux verts. Et ainsi de suite.
_Je sais plus vraiment ce que je fait ici...y...y'avait un arc-en-ciel j'ai voulu voir et je...j'ai oublié. avouât-elle penaude. Comment expliquer qu'elle avait par la suite été sans doute distraite, par un papillon, puis une ombre et enfin lui... ? Puis elle sentit le besoin de s'excuser. Elle jouât avec ses doigts pour faire partir la timidité qui arrivait au galop. Elle se mordit la lèvre inférieure et baissa la tête, honteuse.
_Je ...Madara-chan ne pensait pas à mal, promis Kazu-kun, pardon Aya-san. Pardon Kyana-chan. Je le ferait plus.

Puis, comme Madara était Madara, elle s'évapora une nouvelle fois. Elle regardait la pluie, l'orage, elle sentait l'odeur de la terre mouillée, et elle rêvait de la neige. Du froid coriace de sa Russie natale. Elle acquiesça silencieusement à la réponde de l'infirmière. Les yeux rivés sur la cour. Comme si elle avait voulut compter le nombre de gouttes d'eau qui tombaient.
_Et moi je suis un bisounours probablement qu'à un autrement la Russe aurais sourit à cette déclaration. Mais pas cette fois. Tout comme elle ne fit pas le moindre commentaire aux autres remarques de la jeune fille aux cheveux verts. Même si elle n'avait pas l'air de leur vouloir du mal, à elle et à Aya, Madara ressentait clairement la colère et le dégout qui émanait de l'adolescente. Quelque chose de puissant qui la fit frissonner. Elle eu un mouvement de recul. Kyana poursuivit en se tournant vers Kazuki l'air plus féroce. Elle ne rigolait pas.
_A ta place j'arrêterais de suite de divulguer des infos sur moi comme ça, car je ne pense pas que tu aimerais avoir sur la conscience l'amnésie de plusieurs personnes... non ? Et puis en ce moment j'ai tout sauf envie de faire exploser des têtes (tellement raffinée, cette expression). Je toucherais pas à ta p'tite protégée, si ça te fait plaisir... Mais en contre partie, laisse tomber les sous-entendus du genre "j'vais faire une hécatombe dans pas longtemps". Car, définitivement, j'ai pas envie de me battre.

Madara ne comprenait pas vraiment de quoi il retournait, mais s'il y avait une chose dont elle était sure c'était bien le fait qu'elle servait actuellement de moyen de pression. Elle ne savait pas bien ce qui lui faisait le plus de mal : le fait qu'on menace de lui faire du mal pour atteindre Kazuki , ultra protecteur envers les membres du clan, Le fait qu'on la traîtait en quantité négligeable tout juste bonne à être « la petite protégée de » ou encore la méchanceté de ces parôles crachée avec une colère palbable. Elle posa ses yeux tour à tour sur Kazuki puis sur Kyana. Des yeux qui se remplissaient de larmes. Se voix s'étrangla dans sa gorge alors qu'elle tentait de se reprendre pour parler. Elle accrocha la manche de Kazuki pour se donner du courage et lever les yeux le plus fièrement possible.
_Tu sais, je...je suis encore capable de me défendre toute seule. Alors si tu veux menacer ...fait le mais...Madara-chan n'est pas juste la protégée de Kazu-kun ! je suis bien plus capable que la plus part des autres et... et quoi ? Quoi ?! Que pouvait-elle dire de plus ? Que faire de plus pour ne pas envenimer la situation ?
_c'est à moi qu'il faut s'en prendre. Toute cette situation c'est ma faute et seulement ma faute, d'accord? elle ne se pardonnerait jamais le fait d'avoir déclencher un quelconque conflit impliquant directement son chef. Son ami. Madara ne donnait jamais de coup en premier.

_________________


Demain, je t'aimerai encore plus fort tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Egawa
- La Fumée de la Feuille -
avatarMessages : 364
The dead's money : 10008
Date d'inscription : 18/08/2012

Votre pensionnaire...
Groupe: Estate
Puissance:
61/100  (61/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Lun 8 Oct - 19:06


- Comme ton camarade l’a dit, c’est le seul endroit à proximité pour s’abriter de la pluie, et pis c’est aussi un point parfait pour regarder la pluie s’écouler. Je te rejoins par contre sur un point, la neige est magnifique par rapport à cette pluie plus maussade.


J'écoutais attentivement l'infirmière qui désirait être appelée par son prénom malgré sa présence dans le corps enseignant, si l'on peut l'exprimer ainsi, tout en me tenant sur mes gardes, me demandant comment les autres personnes allaient réagir, surtout Kyana qui n'était pas nécessairement l'être le plus calme de la Terre, vu ce que je savais d'elle. Et si elle prenait tout ce que je disais pour elle, même si cela l'était, cela n'allait pas arranger son humeur.

Les paroles de Madara, juste après, me rassurèrent sur l'état de ma jeune fille et troublèrent un peu ma réflexion, oubliant quelque peu la présence de Kyana pour me demander ce que Madara venait de promettre, exactement, puisque je n'étais pas sûr d'avoir réellement compris cela. Pourquoi y avait-il besoin d'une quelconque promesse? Mais puisque Madara était Madara, je décidais d'ignorer cette réplique, du moins pour l'instant.

- Et moi, je suis un bisounours.

Et voila la réponse tant redoutée: Kyana n’appréciait visiblement pas ce regain soudain dans sa vie sociale et ses contacts avec les autres. Me mordant la langue, je redoutais ce qui allait venir.

- Bonjour. Ouais, et moi, j'préfère la pluie, quand je suis bien au chaud à l'intérieur.

Bon, ce n'était pas horrible que cela, venant d'une personne telle que Kyana mais cela n'atténuait en rien le caractère négatif de cette déclaration. Je n'aimais pas cela mais me retenait de faire une remarque: "Si tu veux réussir à garder un semblant de vie sociale positive, n'insulte pas les autres personnes, Kyana".

- Et toi...

Kyana venait de se tourner: j’allais enfin avoir droit à son discours sur le fait que je dévoilais sa vie privée, qu'il ne fallait pas que je fasse si, que je fasse ça... Sauf que, j'avais déjà réfléchi à ma réponse, à la manière de tout nier en bloc sans pour autant prononcer le moindre mensonge. Mon regarde glissa vers Aya: j'avais des informations suffisamment utiles pour me sortir de la situation... Même si le hasard jouait en grande partie.

_A ta place j'arrêterais de suite de divulguer des infos sur moi comme ça, car je ne pense pas que tu aimerais avoir sur la conscience l'amnésie de plusieurs personnes... non ? Et puis en ce moment j'ai tout sauf envie de faire exploser des têtes (tellement raffinée, cette expression). Je toucherais pas à ta p'tite protégée, si ça te fait plaisir... Mais en contre partie, laisse tomber les sous-entendus du genre "j'vais faire une hécatombe dans pas longtemps". Car, définitivement, j'ai pas envie de me battre.

Incroyable... Qu'une personne qui faisait des efforts pour se retenir fasse un discours aussi... Enfin qu'importais après. Elle faisait des efforts. Mais ce n'était pas assez. Je n'allais pas laisser tout ça passer comme cela. Et puisque je n'avais vraiment pas apprécié le comportement de Kyana, j'allais même offrir des sous-entendus. Au moment ou j'ouvrais ma bouche pour parler et réfuter la vérité, Madara m regarda, les larmes aux yeux: c'en était trop, je n'allais pas faire le moindre effort pour Kyana, pas pour l'instant, en tout cas. Elle commença à parler, sa voix s'étranglant, avant de s'accrocher à moi et de, finalement, dévoiler ce qu'elle avait sur le cœur alors que ses larmes roulaient sur son visage, larme que j'essayais d'effacer juste après les révélations.


_Tu sais, je...je suis encore capable de me défendre toute seule. Alors si tu veux menacer ...fait le mais...Madara-chan n'est pas juste la protégée de Kazu-kun ! je suis bien plus capable que la plus part des autres et... c'est à moi qu'il faut s'en prendre. Toute cette situation c'est ma faute et seulement ma faute, d'accord?


Sourire. J'attrapais la main de Madara, pour la rassurer via-empathie, faisant en sorte qu'elle comprenne qu'elle pouvait également me contacter puis, alors que mon sourire grandissait, je finissais mes plans. Je savais comment j'allais répliquer envers Kyana. Et je le fis. venin? Pas du tout. Ma voix était parfaitement calme et douce, comme si tout ce que je disais 'était qu'évidence et banalité, impression corroborée par ce sourire.

-Kyana, ne tires pas de conclusions hâtives voyons. Madara n'est pas ma protégée comme tu dis. A vrai dire, si il y avait réellement une protégée ici, ce serait toi, Kyana. Cette jeune fille est parfaitement capable de te tuer, et je sais ce dont tu es capable. Mais comment aurait-il pu en être autrement? Si la place n'était pas déjà prise, je n'aurais vu aucun inconvénient à la nommer Second. Mais puisque tu ne veux pas te battre, la traiter de "protégée" sans réfléchir n'était pas la meilleure chose à faire, n'est-ce pas? Enfin, qu'importe, tu fais des efforts après tout.

Hé hé... Mes yeux se tournèrent vers Aya Baravon. D'après ma mémoire parfait, son nom était inscrit sur les registres de l'école que j'avais déjà eu l'occasion d’éplucher, menant toute une opération chez les Estate juste pour pouvoir lire ces archives. A 'époque, je ne savais pas que cela allait me servir d'une telle manière mais...

"De plus, Kyana, je pense que tu devrais arrêter de te sentir viser. Tu n'es pas la seule personne concernée par mon affirmation, es-tu? Après, Aya ici présente a bien passer sa scolarité dans cet établissement, avant d'y revenir comme infirmière. Tu ne le savais pas? Ton clan ne tient-il donc aucun registre? En tout cas, j ne dirais que ceci:non seulement c'est toi qui a dévoilé ton "ancienne" appartenance aux Naught mais moi, je ne mens pas.

Sourire. A nouveau. Je n'avais certainement pas fini de parler avec Kyana. Les conséquences risquaient d'être désastreuse mais pourquoi ne pas s'avancer encore plus. Une fois la fin de l'impasse atteinte, même si on essaye d'avancer, on restera bloquer, de toute manière. Cette fois, ma voix se fit plus sur le ton mêlé de l'innocence et du reproche, comme si Kyana m'accusait de quelque chose dont je n'étais même pas capable. Ce qui devait peut-être être le cas, d'ailleurs.

"Ensuite, Kyana, j'aimerais savoir. Pour qui me prends-tu? Moi, Kazuki Egawa, leader des Estate ne suis pas un idiot. Et je tiens mes promesses. Alors non seulement tes secrets sont sûrs mais, en plus, même si je décidais de révéler ce que savais à une personne de confiance, vu que même notre esprit ne nous appartiens plus dans une telle école, cela ne serais pas sûr du tout. Et cela se repanderait. Or, je ne suis pas stupide au point de détruire tout mes plans en détruisant totalement la réputation d'un élément clé de celui-ci ainsi que tout ses efforts vers la réalisation du-dis plan, n'est-ce pas?

Fait. J'avais fini de parler à Kyana mais, j'allais encore rajouter quelques phrases, histoire qu'elle ait bien compris tout ce que je voulais dire:

"Finalement, je dirais qu'une amnésie provisoire des personnes autour de moi n'est rien du tout et que, de plus, même si jamais tu as des questions à me poser ou des réponses à formuler, tu ne le fera pas devant des témoins capable de recouvrer la mémoire par un simple contact, n'est-ce pas?"

Je conclu tout cela en soupirant et en serrant un peu plus la main de Madara, le lien d'empathie toujours maintenu puisque, de toute manière, il était nécessaire pour son soutient moral. Et ce n'était pas comme si cela me gênait.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Baravon

avatarMessages : 102
The dead's money : 9554
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27

Votre pensionnaire...
Groupe: Personnel
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Contrôle de son sang

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Lun 8 Oct - 21:31

Il y en avait une qui s’était levée du pied gauche ? La demoiselle qu’il nommait Kyana semblait vraiment exaspérée par la joie de vivre de la petite maladroite, tout comme elle semblait avoir des comptes à régler avec le « protecteur » de cette dernière. Enfin jusque là il ne se battait pas donc c’était une tension passive qui ne semblait pas très dangereuse pour le moment. Enfin… il aurait été plus approprié qu’elle s’attaque à ses ennemis au lieu de mettre tout le monde dans le même tas.

Elle était vraiment prête à rendre tout le monde amnésique juste pour une minuscule information qu’aurait laissé échapper Kazuki ? En plus d’être ridicule, je ne supportais pas l’idée qu’on me mêle à des histoires de ce genre.

C’était étrange… je préférais encore la puce électrique qui se ramassait par terre en gardant ce grand sourire plutôt que cette rabat-joie… Inhabituel, en temps normal j’aurai sûrement était agacé par le comportement des trois protagonistes, peut être que c’était que ma mauvaise humeur s’était dissipée… enfin en partie. Je n’en n’oubliais pas les paroles de Kyana qui disait ne pas vouloir se battre alors qu’elle provoquait, peut être inconsciemment, les personnes présentes sous cet abri.

« Si tu ne veux pas te battre, arrête de les provoquer. »

Pourquoi le fait qu’elle parle de l’amnésie de plusieurs personnes m’énervait autant ? D’un côté c’était logique, cette phrase était tournée de façon à ce que tout le monde se sente visé… enfin peu importe, il valait sûrement mieux que je ne relève pas ça, après tout elle ne s’adressait qu’au leader des Estate alors ça ne me concernait pas.

La réaction de la fille aux cheveux rose comme de la barbe à papa face à ma question, pourtant simple, me fit un peu peur dans un sens… elle était tellement heureuse, était-ce son état normal ou est-ce que j’avais fais quelques choses d’exceptionnel ? Non ça me paressait idiot. Finalement le côté toute gentille, toute mignonne commençait déjà à m’énerver… Même lorsque celle-ci s’était excusée, enfin poussé par son chef, pour son comportement un peu trop excentrique ? Hmm non juste pour son enthousiasme extrême on va dire…Par contre sa réaction face à Kyana me surprit positivement. Le courage dont elle faisait preuve malgré ses petites larmes, elle avait tenue tête au bisounours. Comme quoi, elle n’était pas si fragile qu’elle en avait l’air. Dans un sens, ça imposait le respect… enfin presque. Mais je souriais malgré tout pour la soutenir ou du moins faire semblant… ça m’était égal dans un sens mais ce courage en décuplé allait sûrement faire d’elle une combattante redoutable non ?

« Tu es très courageuse mais ne prends pas toute la responsabilité… c’est le rôle d’un leader ça. »

C’était sûrement une drôle de façon de la soutenir mais je disais ce que je pensais cette fois, après tout pourquoi il faut bien que les leaders servent à quelques choses. Dans un sens… c’était peut être juste ma logique personnelle sauf que je n’ai plus vraiment de chef derrière qui me cacher, dans ce cas là on ne peut qu’assumer.

Puis, le seul « homme » sous ce préau prit à nouveau la parole pour préciser qu’il n’y avait pas qu’une seule Naught ? Ah bon, la fille aux cheveux verts n’était pas la seule ? Ah ben c’est dommage mais cette fois-ci je ne pouvais ignorer ce que j’avais été puisqu’il ne se gêna pas le moins du monde pour préciser que j'avais été une Naught…

Gagné ! Décidemment il était vraiment difficile de garder un seul secret dans ce pensionnat mais ça ne devrait pas me surprendre après tout n’importe quel curieux aurait pu découvrir qu’avant d’être infirmière, j’ai été une Naught. Sur l’instant je me mis légèrement à rire avant de faire une légère révérence face au Sherlock Holmes du pensionnat, j’ai nommé Kazuki Egawa, en même temps il n’était pas leader des Estate pour rien. Je repris ma position initiale en le regardant sans perdre mon sourire. Finalement, même ça je n’avais pas pu l’ignorer enfin si la demoiselle aux cheveux verts ne s’étaient pas emportée j’aurais peut être pu éviter le sujet ? De toute façon, cette époque était révolue.

« Je ne peux que confirmer tes dires, puisqu’à mon humble avis ils sont basé sur des faits plus que véridiques, puis je repris mon sérieux pour poursuivre, Cependant, je n’ai plus aucune attache à ce clan ni à aucun autre, en tant qu’infirmière j’ai fais le choix de soigner quiconque serait blessé qu’il soit des Estates, des Hells, des Heavens ou des Naughts. »

Même si c’était évident, il était plus correct de ma part de mettre les choses au clair, peu importe mon sadisme encore présent je ne prendrais plus part à ses combats de clans. Je n’avais plus aucun rapport avec les clans par contre je me battais pour moi-même encore aujourd’hui.

« Maintenant en n’ayant aucun rapport avec les clans, je ferme aussi les yeux sur les affrontements que je vois ce qui est peut être plus dérangeant pour certains… »

Je terminais enfin mon beignet de viande sur cette phrase qui ne servait pas à grand-chose à part à justifier le fait que je ne m’interposerais pas dans les combats, il est plus facile de réparer les dégâts à la fin.




_________________



Spoiler:
 

Médaillon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Regaina

Messages : 882
The dead's money : 10773
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 19
Localisation : Bouh ! *dans ton dos !*

Votre pensionnaire...
Groupe: Heaven
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Secret...

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Mar 9 Oct - 18:15

Les quelques paroles que j'avais dis, qui me semblaient pourtant pas si agressives que ça par rapport à ce que je disais en temps normal et dans ce genre de situation (Vous voulez un exemple ?), furent très, très, très mal accueillies... Qui aurait cru que le monde des petits poneys arc-en-ciel était aussi... sensible, fragile aux paroles et aux menaces en l'air... Enfin pas si en l'air que ça, okay, mais c'était pas si grave que ça. Amnésie (pas forcement temporaire hein...), c'était rien face à ce que je disais parfois hein... (encore un exemple ?) Donc vu ce qui a suivi, oui, j'avais une vision des choses totalement différente des trois autres.
Tout d'abord, il y a eu l'infirmière, Aya. Totalement dans le partie des peace and love (enfin nan, c'était une adulte donc ça comptait pas...), elle a commencée à dire :

- Si tu ne veux pas te battre, arrête de les provoquer.

Je pense qu'oublier qu'un adulte est un adulte est totalement impossible. C'est inné chez la race humaine : les gens, dès qu'ils atteignent la majorité, se sentent obligés de la ramener pour tout et pour rien, et de faire la morale aux plus jeunes. Et je n'ai pas envie de vous dire oh combien ça m'énerve et me donne envie de frapper. Quelques instants, je détournais mon regard vers elle (oui oui, je l'avais pas regardée pendant qu'elle parlait...).
Puis, il y a eu Madara, la rosebonbon-chan. Alors du coup, j'ai de nouveau tourné mon regard pour voir... qu'elle était au bord des larmes. J'étais à moitié partagée entre le rire, une certaine pitié ou de l'exaspération - même si je n'ai montré qu'une indifférence totale et froide, sans aucune trace de mépris à son égard. La jeune fille réussi après avoir rassemblée son courage à relever la tête, à me regarder en face et à parler :

- Tu sais, je... je suis encore capable de me défendre toute seule. Alors si tu veux menacer ... fait le mais... Madara-chan n'est pas juste la protégée de Kazu-kun ! je suis bien plus capable que la plus part des autres et... c'est à moi qu'il faut s'en prendre. Toute cette situation c'est ma faute et seulement ma faute, d'accord ?

Je n'ai pas réagis. Tout simplement car je ne savais pas comment réagir à ça. J'aurais pu éclater de rire, me rouler par terre et délirer pendant près d'une demie-heure sur ces simples paroles, mais bizarrement je n'ai pas su quoi faire. Je n'étais pas en colère qu'elle parle non plus. Bien au contraire. Je pense que ça m'agaçait beaucoup moins qu'elle ose l'ouvrir. Les lâches, les gens qui se cachaient derrière les autres, c'était le genre de personne que j'appréciais le moins, en fin de compte. Bon certes on pouvait aisément voir qu'elle puisait son courage sur son entourage, mais au moins elle en avait. Du coup je n'ai rien dit et me suis contentée de fixer un point fixe derrière la jeune fille. J'ai perdu le fil de la conversation, puis le fil de mes pensées, finissant par n'entendre qu'un léger murmure qui témoignait que quelqu'un parlait. Le bruit de la pluie, qui résonnait dans ma tête, prenait beaucoup de place dans ma tête. Ce n'est qu'au troisième voir quatrième appel de mon prénom que je tournais la tête vers celui qui le prononçait et dont je n'avais pas même pas entendu les paroles avant...

- ...Kyana, j'aimerais savoir. Pour qui me prends-tu? Moi, Kazuki Egawa, leader des Estate ne suis pas un idiot. Et je tiens mes promesses. Alors non seulement tes secrets sont sûrs mais, en plus, même si je décidais de révéler ce que savais à une personne de confiance, vu que même notre esprit ne nous appartiens plus dans une telle école, cela ne serais pas sûr du tout. Et cela se répandrait. Or, je ne suis pas stupide au point de détruire tout mes plans en détruisant totalement la réputation d'un élément clé de celui-ci ainsi que tout ses efforts vers la réalisation du-dis plan, n'est-ce pas?

Croyez-le ou non, mais je n'avais pas suivie... et donc pas captée. Mais alors pas du tout (enfin pas grand chose). Le peu que j'avais compris était qu'il me refilait tout sur le dos... Je prenais un air sérieux, alors que j'étais totalement dans la brume intérieurement. Je le fixais avec une colère feinte, alors qu'elle s'était évaporée pendant ma très légère absence. Il continua à parler comme si de rien n'était, n'ayant pas remarqué que je n'avais rien suivie et que, par la même occasion, je m'en foutais totalement.

- Finalement, je dirais qu'une amnésie provisoire des personnes autour de moi n'est rien du tout et que, de plus, même si jamais tu as des questions à me poser ou des réponses à formuler, tu ne le fera pas devant des témoins capable de recouvrer la mémoire par un simple contact, n'est-ce pas ?

Hum... je captais un peu mieux là. Mais si j'avais eu envie de lui répondre, et si j'avais pu sans qu'il remarque que je l'avais à peine suivie, je lui aurais dis "Nan mais qui t'as parlé d'amnésie provisoire ?". Mais comme ce n'est pas le cas, et bien j'ai continué à faire la muette et à observer la scène, indifférente en surface alors que les points d'interrogations se pressaient dans ma tête.
L'infirmière a à nouveau parlé, mais je n'ai pas vraiment fais attention à ses paroles. Puis, quand elle eu finit de parler, j'ai enfin eu la chance de parler. Mais non. Rien. Pendant un moment, je me suis murée dans un mutisme total, le regard à nouveau perdu. Je ne pensais à rien de particulier, les pensées ne faisaient que m'effleurer et je les percevaient à peine.
Puis quand je compris qu'autour de moi c'était le silence - en dehors de la pluie - j'ai relevé la tête et regardé autour de moi. N'importe qui aurait pu croire que les paroles de Kazuki, de Madara ou d'Aya aurait pu me toucher un temps soit peu et me plonger dans cet état de réflexion... qui n'en était pas un du tout, vu comme ça. Je n'étais pas du genre à rêvasser, et ça m'étonnais moi la première.
Je laissais durer le silence quelques instants, rien que pour le plaisir de ne rien dire et de savourer cette paix royale infligée à mes oreilles. J'inspirais longuement, ressentant au fond de moi que j'étais comme... fatiguée. Puis je soupirais bruyamment.

- ...

Oui, j'avais tentée de parler, mais aucun son n'était sortit. Je n'avais ni l'envie, ni l'inspiration, ni la possibilité de parler. Donc pourquoi ne pas continuer à ne pas parler puis s'effacer lentement, très lentement...
*Non, ce n'est pas comme ça que tu vas faire avancer les choses, Kyana...* me souffla une petite voix mécontente dans ma tête.
J'ai faillis lui répondre un "ta gueule" instinctif mais... j'ai réalisé que si je ne disais rien je m'enfoncerais encore plus. Je fermais donc un instant les yeux, essayant de trouver quelque chose à dire. Dire pardon ? Servirait à rien, et de toute façon à part le faire envers Madara car je l'avais certainement mal jugée, je ne comptais pas le faire. Je pouvais aussi leur dire bye bye et me casser mais... mine de rien ça faisait lâche. Et je ne voulais pas passer pour une lâche. Tout sauf ça. Alors... Euh...

- Fait pas beau aujourd'hui...


Mon ton ne comportait pas d'agressivité, même pas d'ironie par rapport à mes premières paroles... Si les peace and love ne s'en rendaient pas compte, je pouvais vous jurer que je me casserais de cet établissement à la con... enfin nan. En tout cas, mes paroles voulaient tout dire : je ne savais pas quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sotc.forumactif.org
Madara A. Roussanov

avatarMessages : 31
The dead's money : 9425
Date d'inscription : 30/09/2012

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Mar 9 Oct - 20:34

Il y avait comme une interférence, un genre de distorsion entre les événements qui se produisaient et les réaction parfois en chaîne qu'ils provoquaient. Un véritable écart entre une réalité et l'autre. Un peu comme si le temps passait sans emporter les choses avec lui. Madara était sur le cul. Et encore c'était peu dire. Elle se prenait la situation en pleine poire, ça remuait comme une lame de fond et comme à chaque fois que les choses prenaient une tournure un peu trop menaçante : elle paniquait. Se laissait submerger par toutes sortes d 'émotions qui disparaissaient aussi vites qu'elle arrivaient. Aussi loin qu'elle se souvienne elle avait toujours été ainsi ; à fleur de peau. À mi-chemin entre la timidité et le désir d'être avec les autres. La crainte d'elle-même et la fascination des autres. Le rejet de la normalité et le refus total de son contraire. Il y avait comme un sentiment de non appartenance à rien. Elle était un être humain à part, elle était une personne pourvue de dons à part, elle était une élève à part, une combattante à part. Madara Anastasia Roussanov n'avait jamais trouvé sa place dans le monde. Jamais. Ceci dit elle arrivait à se scinder en deux. La partie d'elle qui pouvait faire du mal. tellement de mal qu'elle en pleurait le jour et en cauchemardait la nuit, et finalement la partie d'elle qui voulait du bien. Celle qui aspirait à quelque chose de meilleur tant pour elle, par ce que vivre dans la peur éternelle était absolument intolérable, que pour les autres.

Une idéaliste, une connerie d'utopiste. Appelez ça comme vous voudrez, Madara n'avait en elle que très peu de rancœur et lorsque celle-ci naissait elle l'avortait immédiatement. Elle n'allait pas supporter les affres de la colère. Ça n'avait jamais apporté rien de bon à personne. Personne. La colère était comme la haine ou la jalousie : un poison mortel qui rongeait de l'intérieur pour ne laisser que de la douleur et des regrets. Elle ne voulait pas avoir le moindre regret. Les choses étaient bien trop précieuses pour qu'on en profite pas de ton son cœur. La colère faisait faire et dire des choses inconsidérée qui avaient toujours des retombées mauvaises. Ce n'était définitivement pas une bonne chose. Alors lorsqu'elle échouait à la faire disparaître elle s'isolait pour la laisser exploser seule. Et alors elle cassait tout, fracassait , jurait, frappait jusqu'à pleurer de tristesse et s'endormir épuisée. Madara n'aurai pas supporté le fait d'infliger sa rage à quiconque. Elle n'en avait probablement pas le droit. Elle était une fille heureuse. Elle l'avait décidé envers et contre tout. Ce n'était pas toujours facile, bien au contraire mais ô combien gratifiant ? Elle percevait de ce fait plus facilement ce que ressentait les autres , ce que l'on pouvait bien dire même si ce n'était pas oral. En dépit des apparences, Madara était une jeune fille, alerte, intelligente et qui comprenait bien plus que ce qu'on voulait bien entendre. Par ce que c'était plus facile de dire qu'elle était juste l’excentrique de service. C'était peu être par ce qu'elle savait pertinemment ce que ce lieu commun a son sujet disait qu'elle pouvait l'accepter.

Elle ne demandait pas à personne de comprendre le pourquoi de son éternel sourire, ou bien encore cette façon presque féerique qu'elle avait de s’émerveiller d'un rien, d'être ultra sensible à la moindre forme de reconnaissance, tout ce qu'elle espérait c'était qu'un jour on l'accepte en vertu de ce qu'elle était plutôt que d'être regardée pour ce qu'elle n'était pas ou ne semblait pas être. C'était bien ce qu'elle faisait non ? Avec tout ces gens d'un violence parfois-souvent-incompréhensible pour son esprit de jeune fille trop douce. Elle les acceptait et trouvait même toujours quelque chose à aimer en eux. Elle les aimait tous. Même ceux qui lui faisaient du mal. Et ça, ça c'était un exploit. Qu'on veuille l'admettre ou non. Ania n'en voulait à personne à part à elle même. Si elle était blessée : c'était sa faute. Par ce qu'elle avait les moyens de se défendre mais qu'elle ne le faisait pas. Si elle était triste c'était sa faute. Par ce qu'elle avait accordé son affection a une mauvaise personne. Mais personne ne l'avait forcée à rien. Elle était donc la seule responsable de son malheur.

La jeune russe sursauta presque lorsque Kazuki glissât sa main dans la sienne et bien qu'elle aie compris le fond de l'action elle s'accrocha a cette main avec foi. Comme si ça allait la sauver de tout. Y compris de ce qui la rongeait. Elle se hâta de masquer son trouble et le laissa essuyer ses larmes. Cependant que son sourire doux, chaleureux renaissait peu à peu sur son visage attristé, lui offrant un nouvel éclat. Elle allait bien. Toujours. Encore et pour longtemps. Elle se concentra sur les paroles de l'infirmière Aya et lui répondit avec un élan d'affection à son égard motivé par cette nouvelle forme de reconnaissance.
_Vous savez, si le rôle d'un leader c'est de soutenir le groupe, le rôle du groupe est en contrepartie d'accepter la responsabilité de ses propres actions. Madara-chan à offencé Kyana-chan par ce qu'elle se comportait mal, alors c'est à Madara-chan d'assumer. Le contraire serai lâche de ma part.
Elle entrecoisât ses doigts à ceux de son leader avec toute la douceur qu'elle pouvait bien posséder-et qui n'était pas des moindres- et fit passer dans le lien toute la reconnaissance qu'elle pouvait bien avoir pour lui. Par ce qu'elle se sentait bien avec lui Madara. Elle se sentait forte. Alors encore une fois elle l'écouta parler en silence.
_Kyana, ne tires pas de conclusions hâtives voyons. Madara n'est pas ma protégéecomme tu dis. A vrai dire, si il y avait réellement une protégée ici, ce serait toi, Kyana. Cette jeune fille est parfaitement capable de te tuer, et je sais ce dont tu es capable. Mais comment aurait-il pu en être autrement? Si la place n'était pas déjà prise, je n'aurais vu aucun inconvénient à la nommer Second. Mais puisque tu ne veux pas te battre, la traiter de "protégée" sans réfléchir n'était pas la meilleure chose à faire, n'est-ce pas? Enfin, qu'importe, tu fais des efforts après tout [...]Or, je ne suis pas stupide au point de détruire tout mes plans en détruisant totalement la réputation d'un élément clé de celui-ci ainsi que tout ses efforts vers la réalisation du-dis plan, n'est-ce pas? Finalement, je dirais qu'une amnésie provisoire des personnes autour de moi n'est rien du tout et que, de plus, même si jamais tu as des questions à me poser ou des réponses à formuler, tu ne le fera pas devant des témoins capable de recouvrer la mémoire par un simple contact, n'est-ce pas?

elle posa un regard parfaitement effrayée sur Aya Baravon, puis sur Kyana et enfin sur son supérieur. Lentement elle lachât sa main et s'écarta de quelques centimètres. Comme si ça lui avait été parfaitement nécessaire pour réfléchir. Et c'était peu être le cas, enfin de compte entre Kazuki qui pouvait fouiller sa tête aussi longtemps qu'elle le touchait – et dans l'était actuel elle n'avait pas les moyens de lui refuser quoique se fut- et les deux autres qui la considéraient comme une petite chose fragile...elle avait besoin d'espace. De respirer en somme.
_Je ne peux que confirmer tes dires, puisqu’à mon humble avis ils sont basé sur des faits plus que véridiques, Cependant, je n’ai plus aucune attache à ce clan ni à aucun autre, en tant qu’infirmière j’ai fais le choix de soigner quiconque serait blessé qu’il soit des Estates, des Hells, des Heavens ou des Naughts.Maintenant en n’ayant aucun rapport avec les clans, je ferme aussi les yeux sur les affrontements que je vois ce qui est peut être plus dérangeant pour certains…
Et dans toute cette histoire elle ne voyait pas bien si elle devait être effrayée ou pas. Pétiller de bonheur de part l'éloge qu'on lui avait fait ou horrifiée bien au contraire ? Elle opta pour un mélange des deux et répondis pour les coup avec du retard a tout ce que Kazuki avait pus dire quelques minutes auparavant. Une conversation absolument décousue. Quoique de plus représentatif du caractère de Madara ?
_Quand bien même j'en aurait les moyens- et dieu sais que si j'avais cette capacité de te faire autan d'honneur Kazuki-kun je serai heureuse- je n'ai jamais eu l'intention de faire le moindre mal à qui que se soit ici ou même ailleurs. J' ai déjà causé suffisamment de tristesse dans ma vie pour le reproduire ici, n'est-ce pas ? la tristesse se cachat dans les tréfonds de son cœur et elle souris à nouveau à l'assemblée avant de laisser tomber un silence sur le groupe. Pour s'occuper en ce temps elle resserra ses couettes roses. Comme si cette activité allait la détourner du véritable problème. Tant qu'elle pouvait ne pas y penser les choses n'existaient pas ? Non pas tout à fait.

Un soupire attira son attention en direction de Kyana. Elle ne semblait plus vraiment énervée. Et dieu savait que ça détendrait sans doute l'atmosphère.
_- Fait pas beau aujourd'hui... elle déclara. Elle était paumée, à court d'agressivité. Sans doutes plus génée de la situation que n'importe lequel d'entre eux. Madara regarda Kazuki avec la presque intention de demander une permission puis se ravisa, lui offrant juste son plus beau sourire et ses yeux d'étoile. Elle s'avança en direction de Green-chan , les lèvres recourbée d'un rire ravi.
_ c'est vrais. Mais c'est chouette la pluie je trouve ! elle lui tendit la main, les yeux pétillants de joie. Elle regarda aussi l'infirmière comme si elle était la prochaine sur la liste de ceux qui aurait le lourd fardeau d'écouter les déblatérations de la rose.
_Recommençons, d'accord ? Je suis Madara. Madara Roussanov. Ravie de te connaître Green-chan. puis elle s'orienta vers l'adulte pour s'incliner respectueusement.
_ Ravie aussi mademoiselle Aya puis cherchant une nouvelle fois l'approbation de son leader elle tira gentillement la langue d'un air enfantin. J'ai tout bien fait pas vrais Kazu-kun ? semblait-elle dire en silence et en rire.

_________________


Demain, je t'aimerai encore plus fort tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Egawa
- La Fumée de la Feuille -
avatarMessages : 364
The dead's money : 10008
Date d'inscription : 18/08/2012

Votre pensionnaire...
Groupe: Estate
Puissance:
61/100  (61/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Jeu 18 Oct - 20:31

Juste après son discours, je senti que j'avais surpris Madara par ces révélations et que c'était un peu trop en même pour qu'elle continue à la prendre de manière innocente comme cela: elle devait se mettre à réfléchir et ne se sentait pas capable de me cacher ses pensées et elle préféra donc s'éloigner, déliant ses doigts des miens, ce que j'accueillis avec un sourire: je n'avais, après tout aucune raison de refuser à Madara sa liberté d'action, après tout, qui étais-je? Le Leader des Estate? Et alors? A la place, je fermais doucement les yeux et attendait la suite des événements, puisque Kyana allait sûrement finir par réagir. A la place, ce fut Aya qui agit, me faisant la révérence avant de prendre la parole devant un moi qui e demandait ce qu'elle allait dire vu les accusations que j'avais semblé avoir faîtes, aux travers de questions mais cela ne changeait pas grand chose.

_Je ne peux que confirmer tes dires, puisqu’à mon humble avis ils sont basé sur des faits plus que véridiques, Cependant, je n’ai plus aucune attache à ce clan ni à aucun autre, en tant qu’infirmière j’ai fais le choix de soigner quiconque serait blessé qu’il soit des Estates, des Hells, des Heavens ou des Naughts.Maintenant en n’ayant aucun rapport avec les clans, je ferme aussi les yeux sur les affrontements que je vois ce qui est peut être plus dérangeant pour certains…

Dans le mille. J'avais joué un coup de poker parce que je ne m'étais pas renseigné sur cette infirmière au point de connaître son ancienne appartenance mais, visiblement, j'avais joué un coup de poker et j'avais réussi: Kyana n'aurait plus d'excuses et finirait peut-être par faire un effort, surtout que, maintenant que je la regardais, je m’apercevais qu'elle avait cet aire Madara-like, comme si elle ne m'avait pas entièrement écouté. Néanmoins, j'étais persuadé qu'elle allait finir par répondre. Mais, à la place, ce fut Madara qui prit la parole, ayant visiblement


_Quand bien même j'en aurait les moyens- et dieu sais que si j'avais cette capacité de te faire autan d'honneur Kazuki-kun je serai heureuse- je n'ai jamais eu l'intention de faire le moindre mal à qui que se soit ici ou même ailleurs. J' ai déjà causé suffisamment de tristesse dans ma vie pour le reproduire ici, n'est-ce pas ?


Ah... C'était donc cela qui l'avait troublé? Je n'avais fait qu'émettre une hypothèse mais, visiblement, cela avait perturbé Madara... Il faut dire que d'après ce que je connaissais d'elle et de son passé, parler de tuer ou d’agresser quelqu'un avec ses pouvoirs faisait probablement remonter certains souvenirs désagréables à la surface... Mais, après tout, Madara devait apprendre à surmonter ses appréhensions et ses souvenirs de ce type, non? Enfin, peut-être que, cette fois-ci, j'y étais allé trop brusquement? Un "Désolé" sortit de mes lèvres alors que Kyana se manifesta par un soupir suivit d'une réponse à laquelle je ne m'attendais pas du tout.

_- Fait pas beau aujourd'hui...

Alors là, je ne m'y attendais pas du tout: Kyana faisait visiblement d'énormes efforts, conformément à sa promesse et je ne pu m'empêcher de lui décrocher un sourire sincère avant que Madara ne se mette, impulsive comme elle l'était, à répondre à Kyana et à... s'approcher de celle-ci, lui offrant ses mains... M'approchant de celles-ci, je plaçais mes propres mains sur elles et les repoussait en disant, d'une voix simple:

"-Allons, Madara, n'exige pas trop d'efforts de la part de Kyana, veux-tu?"

Pendant ce temps, je transmettais à Madara un ordre: 'Ne touche pas Kyana, tout sera mieux comme ça. Même au niveau de tes relations avec elle.' puis, suivant l'exemple de celle-ci, m'inclinait devant la seule personne qui ne me connaissait pas vraiment en me présentant:

"-Kazuki Egawa, Leader des Estate. Enchanté de faire votre rencontre."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Baravon

avatarMessages : 102
The dead's money : 9554
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27

Votre pensionnaire...
Groupe: Personnel
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Contrôle de son sang

MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   Lun 22 Oct - 6:00

On n’aurait pu croire que ça allait monter crescendo, après tout même si Mademoiselle Barbe à papa était d’une gentillesse maladive ça ne pouvait pas calmer n’importe qui donc il était tout à fait possible que Mademoiselle Green s’emporte une nouvelle fois. Pourtant ce n’est pas du tout ce qu’il se passa, au contraire, cette dernière lança une phrase en plein milieu de la conversation qui n’avait rien à voir avec le sujet précédent en mentionnant le temps… Effectivement il ne faisait pas beau, la grisaille avait laissé place à de la pluie puis à de l’orage de quoi effrayer les peureux. C’était sûrement pour cette raison que les élèves ne se ruaient pas dehors pour une fois même si je doutais que ce soit à cause de l’orage après tout avec les combats qui se déroule ici qui aurait peur d’un petit orage. J’écoutais la conversation sans m’en mêler me demander si l’indifférence de Kyana allait passer convenablement ou si les Estate allaient prendre ça comme une attaque, ça aurait sûrement été divertissant.

Encore une fois, ça contredisait toutes mes hypothèses, la jeune fille aux couettes semblait désolé face à ce malentendu, apparemment elle était aussi douce qu’elle le laissait penser enfin en apparence puisque la fin de sa phrase révélait une chose peu « gentille »… Alors ce petit bout tout mignon avait pu faire de la peine à quelqu’un, même à plusieurs personnes ? Etonnant lorsqu’on la regarde c’est bien la dernière chose à laquelle on penserait. S’en suivit une nouvelle entrée en la matière, les présentations reprenait du début, d’une manière plus convenable, trop cordiale. Madara se représenta à Kyana en lui tendant la main, main que Kazuki ne tarda pas à éloigné de cette dernière… malgré les apparences une certaine tension régnair, je retenais un rire face à ce comportement sûrement abusif mais amusant. En même temps on ne pouvait pas s’attendre à mieux de la part d’un leader de clan, se méfier des autres comme de la Peste. Bref… ce n’était pas aussi dramatique que ça.

Finalement, je vis la demoiselle s’abaisser légèrement en me regardant, un peu perdue dans mes pensées, j’en avais oublié les bonnes manières japonaises du coup je me ressaisissais pour m’abaisser de la même manière devant les deux membres des Estates. Je m’y ferais jamais à ses coutumes nippones, qu’est ce qu’ils avaient à être si éloigné des uns des autres même si dans le contexte de ce pensionnat c’était sûrement plus adapté. Je souriais à nouveau en m’adressant à eux sans oublié de regarder Kyana, qui même après cette scène, me semblait mériter le respect des autres… Chaque chose en son temps, je fixais la fille aux cheveux roses en souriant encore *même si j’avais dis plutôt que son innocence m’agaçait* finalement elle avait peut être un secret bien plus sombre qui éveillait ma curiosité.

« Ravie également Madara-chan »

Puis le chef des Estate me fit l’honneur de se présenter à moi, j’en aurais ris si j’avais été encore une membre des Naught mais je me contentait de lui répondre convenablement. Il était également admirable, prendre la protection de ses membres de cette manière ce n’est pas tout les jours qu’on peut assister à ça, tout comme le fait qu’il m’avait volontairement ou non « démasqué ». Et pis zut, je m’en fichais après tout c’était le passé, *un passé jouissif que j’aurais bien voulut revivre*. Je regardais Kazuki en gardant le même sourire plus ou moins sincère en lui répondant.

« C’est un honneur de rencontrer Kazuki-kun, leader des Estates, même si à mes yeux tu restes un simple élève. »

Ben quoi ? C’était pas faux, je n’étais pas censée être au courant de ces histoires de clans, je faisais partie du personnel !

Je terminais par regarder Kyana même si elle s’était contenter de manifester son intérêt pour le temps, elle était tout aussi présente dans cette conversation et ça même si ça peut déplaire à certain. La méfiance du chef des Estates pouvait peut être la déranger, personnellement, je pense qu’elle pourrait prendre ça comme un compliment, un leader qui « peur » d’elle… enfin non de la façon qu’il le disait c’était plus … le boulet insociable. Bref, je lui souriais en me rapprochant un peu d’elle.

« C’est un plaisir de te rencontré aussi Kyana-san. »

Je regardais les trois protagonistes en gardant ce sourire qui commençait sérieusement à me faire mal aux joues, trop de gentillesse, ça tue. Enfin je me calmais en mettant les bras derrière mon dos, poursuivant la seule piste de sujet qui avait été lancé puisque je ne voyais pas trop de quoi où pourrait parler pour le moment alors que le temps s’aggravaient de minutes en minutes.

« La pluie peut être agréable mais celle-ci… est bien trop longue et intense. »

_________________



Spoiler:
 

Médaillon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Journée pluvieuse [ Kyana / Madara / Kazuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ~ Une journée pluvieuse ~ [PV Zechs]
» Journée pluvieuse (Stiles)
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» Bonne fête Kyana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
School of the Clans : Densetsu-Tekina Senso :: La partie RPG :: Le pensionnat :: Autre :: Cour-