Dans cet internat, quatre clans d'élèves hors normes s'affrontent à mort... Choisis ton camp et bas-toi !
 

Partagez | 
 

 Nya - Encore une solitaire ? Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à être paumés dans leur vie ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nya Shane

avatarMessages : 34
The dead's money : 9032
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 19

MessageSujet: Nya - Encore une solitaire ? Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à être paumés dans leur vie ?!   Dim 21 Oct - 19:59


© Saaya.
Nyaaaaaaaaaa :3







Nom : Shane;
Prénom(s) : Niahm, préfère se présenter directement comme étant Nya;
Surnom : Éclipse lunaire;
Age : 17 ans;
Date de naissance : 04 Avril 1995, pendant la nuit.
Origines : Américaine de naissance (Père - Massachussetts) - Partout dans le monde (origines profondes) - Amérique du sud (Mère - Pérou); (<= C'est une bâtarde 8D /SBAFF)/
Orientation Sexuelle : Bisexuelle, penchant plus pour l'hétérosexualité… (C'est ma marque de fabrique, j'la changerais pas…);
Sexe : Féminin;
Rang : //
Clan : Solitaire, plus pour longtemps.










Mentalité.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •





Je ne me connais plus. Ne me reconnais plus. J'ai tellement changée en ces quelques mois seulement passés ici. Je ne suis plus du tout la même. Et puis, je croyais que le futur était écrit, et que rien n'avait changé… Et bien, je me suis trompée.
A mon arrivée, j'étais froide. J'étais tout contact avec n'importe qui, ne parlait qu'en des besoins extrêmes. J'étais distante. Asociale. Une certaine animosité émanait de moi, et l'influence lunaire combinée à cette bestialité faisait exploser des objets autour de moi. J'étais en colère. Rageuse. Déçue. J'étais, en quelques jours seulement, après m'être fait attaquer quelques fois, devenue paranoïaque. Tout le temps sur mes gardes. J'en faisais des insomnies. Ne faisais confiance plus à personne, même plus à moi. Brisée.
Et puis la guerre dans laquelle j'ai été impliquée en tant que solitaire a commencé à me réveiller. Moi, avant que mon histoire ne prenne un tournant catastrophique. Moi, la fille chaleureuse qui n'hésite pas à aborder n'importe qui. Impulsive, irréfléchie, impatiente, compréhensive. Tout ce que je n'étais plus les dix dernières années…
Mais n'allez pas croire que je ne suis plus du tout l'iceberg que j'étais. A vrai dire, je ne sais même plus qui je suis. Je pense être tantôt l'une, la froide, et tantôt l'autre, le contraire. Mes deux caractères alternent. Et ça me rend la vie compliquée.
Nan, je n'ai plus rien à voir avec ce que j'étais. Je n'ai plus l'impression d'avoir sombré un jour, d'avoir été quelqu'un de totalement noire, emplie de haine, ou encore quelqu'un de désespérée au point de parier son âme. Non, c'est comme si j'avais… grandie. Pas murie, nan, j'étais trop grande pour murir encore. Mais grandie caractériellement.
Est-ce un bien, est-ce un mal ? Je n'en ai aucune idée. Je ne me pose plus trop ce genre de question maintenant. Maintenant que je me sens de nouveau moi, que je suis bien dans ma peau. J'ai repris le goût de vivre. Et je compte bien profiter des années qu'il me reste pour me rattraper sur les dix ans que j'ai perdus auparavant.
Mon nouveau moi… C'est assez peu inapproprié. Je ne me sens pas nouvelle, comme si j'avais totalement changée du jour au lendemain. Non, chaque jour je peux observer mon avancée. Mon avancée vers la lumière, je crois. Enfin, l'important, c'est que j'avance.
Ma façade s'est fissurée lentement au contact des autres. Prendre l'air, oublier ma famille et mes problèmes, c'est grâce à cet internat, à cette école que j'y arrive. A cette guerre. Elle a réveillée en moi ce que nous sommes tous : de purs animaux.
Surtout dans ma famille. Ma famille, oui… C'est à cause de tout ce qu'il s'est passé, de tout ce que j'ai vu, que ce qu'il s'est passé s'est passé. Ce n'était pas que de ma faute. Il ne faut plus que je m'en veuille autant.
Alors pourquoi la culpabilité m'écrase de plus en plus chaque jour ? La culpabilité de les avoir abandonné avec mon frère. Enfin non. Ils ne sont plus de ce monde. Ils ne sont plus avec moi. Et, chaque jour, leur souvenir me hante. Leur rire, leur amour, leur présence. Chaque jour, je ressens en moi ce vide que je me suis infligée. Imposée.
Pourquoi étais-je si froide, à tel point que j'avais perdu de vue mes priorités ? Pourquoi ai-je fais la plus grosse connerie de ma vie alors que je pensais ne plus souffrir en faisant l'un des meilleurs choix ? Pourquoi étais-je tellement vide et morte de l'intérieur pour ne pas remarquer que…
Je ne veux plus être comme ça, alerte au moindre truc, mais pourtant aveugle, sourde, et insensible. Je ne veux plus faire passer mes propres sentiments avant ceux des personnes qui me sont chères. Je veux réparer les dégâts que j'ai fais et me reconstruire lentement. Puis accepter et oublier tout ce que je n'aurais jamais du faire.

Je veux changer.









Physique
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •




Je ne pense pas être quelqu'un dont on oublie le visage facilement. C'est vrai que, même si on me croise au détour d'un couloir, on ne peut que remarquer que je n'ai pas un physique très… courant. Pourtant, tout est naturel : de la couleur des cheveux aux pieds en passant par la poitrine (Nah ! xP).
J'ai toujours aimé ma différence. Me démarquer dans une foule de gens normaux, et montrer que je suis non pas supérieure, mais différente. Être un mouton, voilà ce que je n'aime pas. Alors j'ai toujours accepté mon physique.
Un physique qui peut commencer par la couleur très singulière de mes cheveux: rouges. Non, pas le genre de rouge criard, fluo, qu'on voit à trois cent mètres - vive la discrétion -, mais des mèches rouges foncées ou claires, jamais trop indiscrètes. On me pose d'ailleurs souvent la question du "C'est une couleur artificielle ?" et, je tiens à être sincère : C'est ma véritable couleur de cheveux. Tout ce qu'il y a de plus authentique.
Et puis, il y a mes yeux. Bizarres. Enfin, c'est courant dans ma famille, mais je ne crois pas que les gens lambda aient des yeux dont la couleur varie légèrement pour un oui ou un non ? Enfin, varier légèrement… ça dépend. Disons plutôt qu'il m'arrive d'avoir les yeux jaunes de temps en temps, et parfois rouges, en passant par de multiples teintes chaudes. Non, ce n'est pas des lentilles de contacts bizarres. Je vous jure que dans la famille, c'est totalement nor-mal. Comme le fait que mes canines soient plus longues le commun des mortels.
Je crois que, niveau bizarrerie, on a fait le tour. Après, je suis on peut plus… simple, normale. Par exemple, il peut souvent arriver de me voir me trimballer avec de la bouffe dans la bouche. Rien de plus courant, quoi. Ma taille tourne autour des cent soixante-dix centimètres. Et aussi, je porte des vêtements simples (autant en hiver qu'en été, je varie très peu mon style) : Tee-shirt noir, veste bleue clair, jean, bottes. Oui, pas tout le monde ne s'habille comme ça, je suis bien au courant. Mais je n'ai pas changé de style en dix ans, et ne suis pas prête de le faire.







Il était une fois...
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •





Avant moi, il y avait de vieux croutons incestueux…

Même si vous devez vous demander comment je sais autant de choses sur mes ancêtres, je vais raconter ce qu'il y a à raconter. Vous comprendrez certainement bien assez vite…

Je suis originaire d'un peu partout. Je connais surtout mes ancêtres du côté paternel, mais je peux vous assurer que je suis tout sauf pur-sang. Enfin, je suis un mélange de purs-sang.
Au début, tout tout début, mon sang était un peu partout sur la planète. Partout où on avait plusieurs dieux, à la base. Surtout Egypte, Grèce, un tout petit peu du Japon, mais aussi Amérique, sud comme nord. Partout, en fait. Mes ancêtres étaient des élus. Les rares élus des dieux.
Je sais ce que vous allez dire, vous, personnes normales du 21ème siècle : "Bwah, les Dieux d'antan, c'est que des mythes idiots pour expliquer les phénomènes météorologiques !" Et bien, moi, je vous ricanerais à la gueule. Car le jour où les dieux en auront marre de votre - de notre - comportement, ils détruiront la terre. Enfin, je pense…
Les élus devenaient souvent prêtres, chaman, devin… enfin, vous avez compris. Ils pratiquaient la magie, souvent élémentaire, qui s'apparentait au dieu auquel ils étaient attachés. Et bien… pas mes aïeux. Ouais, c'était des rebelles, eux. Ils communiquaient avec les dieux et les invoquaient pour utiliser leurs pouvoirs tout en menant des vies normales.
Jusque là, rien de bien nouveau : des gens chtarbés partout dans le monde qui donnaient le bain à leur enfant tout en papotant autour d'une tasse de thé avec un dieu à tête de chacal. Ou de puma. Enfin, ça dépendait lesquels.
La voie des dieux, comme elle s'appelle, était alors tout à fait normale. Non pas acceptée ou vue comme une bénédiction, mais normale. Courante. Et puis la plupart des Dieux se sont retirés. Les anciens dieux firent place à Dieu avec un grand D et sans déterminant - tout le monde voit de qui je parle - et à son fils Jésus.
Non pas qu'ils soient de méchants bonhommes - en réalité, ils sont très sympathiques et bien plus jeunes dans leur tête que ce vieux chnoque d'Odin, pour n'en citer qu'un seul - mais ma famille n'aurait pas eu tous ces problèmes s'ils s'étaient abstenus de venir squatter la Terre pendant encore quelques milles ans…


Disons, pour faire simple pour une fois, que mes aînés ont du se cacher. Non, ils n'ont jamais cillé face au danger. Ils ont toujours perpétué la lignée, et ce pendant deux milles ans. Mais ils ont souffert. Je le sais bien - j'ai tout vu, j'ai tout entendu. J'ai tout ressenti.
Grâce au rubis. Une pierre ovale, translucide, d'un rouge vermillon intense. Une amulette. Unique dans son genre. Qui n'est pas adressée à une divinité, qui plus est, mais à soit. A son sang. A son âme. Aux ancêtres.
Et donc, oui, ils se sont toujours reproduits avec des membres de leur famille, comme pour les grandes familles royales d'antan. Même il y a quelques générations, ils n'y voyaient aucun problème. Ce cirque a continué jusqu'à la génération d'avant mes arrière-grands-parents, je crois. A cause de manque de membres pour la reproduction, ils ont mélangés les cultures. Les anciennes civilisations. Et, au final, ça a donné mes grands-parents paternels.


Ils étaient frères et sœurs, à la base, mais ne se ressemblaient pas, mais alors pas du tout. Enfin, ça restait de l'inceste grave. Et moi, maintenant, après tout ce que j'ai vécu, cette pratique me dégoûte. En bref, ils se sont mariés, ont copulés, et sont morts très tôt. Comme tous ceux de ma famille. Mais, entre temps, ils ont réussis à avoir trois enfants : L'aîné, mon père, Neill Shane, puis sa sœur et son frère - mon oncle et ma tante, respectivement Seeley et Tarra.
Comme le voulait la tradition familiale, le premier des garçons devait se marier avec la première des filles. Les mariages forcés… Une véritable horreur. Mais comme mon père était le rebelle parmi les rebelles, et bien il a refusé catégoriquement. Et il a fugué. A l'âge de quatorze ans. Aujourd'hui, j'admire son courage. Auparavant, je l'avais trouvé lâche.
Donc, à quatorze ballais et des poussières, il a invoqué son premier dieu, physiquement, ce qui lui était totalement interdit. Le Dieu, Hermès, a à peine levé un sourcil avant d'accéder à sa requête. Mon père avait demandé un déplacement express. Rien de très coûteux, je vous dirais. Et puis, il avait demandé un aller simple pour le Pérou. Pourquoi là-bas ? Tout simplement car on ne pourrait pas le retrouver. Voyez-vous, les civilisations de l'Amérique du sud avait toujours refusé un pacte entre les deux branches - celle du sang pur mélangé et celle du sang pur totalement pur.
Qu'est-ce qu'il faisait là-bas, au début, c'est une bonne question. Il m'a toujours raconté que la lune lui avait envoyé une intuition si puissante qu'il avait décidé sans réfléchir de se rendre là-bas. Il ne lui était pas venu à l'idée qu'il était en terrain ennemi inconnu.


Dès la première seconde, à son arrivée magique, il s'est fait attaquer. Une femme au teint bronzé l'avait relooké quelques instants, puis avait murmurée quelques paroles d'incrédulité avant de se jeter sur lui, une poignée de terre à la main.
Déjà, on aurait pu se demander qui était cette femme. Et aussi pourquoi elle attaquait un puissant magicien avec de la terre. Et si je vous répondez que cette femme - fille de seize ans en réalité - était toute aussi puissante que mon père, et qu'elle utilisait la terre à la place d'amulettes, vous me croiriez ?
Mon père s'est fait clouer rapidement au sol par un puma noir rayonnant de puissance… Ah nan, il était parsemé de courants électrique, c'était p't'être ça. Il n'empêche, il s'en est fallu de peu. S'il avait réagit quelques secondes plus tard, il serait mort. Capout. A plus. Et moi, je ne serais pas née, avec la tonne de complication que j'ai apportée.
Pour en revenir à mon paternel, il a survécu. Il lui reste bien une longue balafre sur le torse, mais rien de bien grave pour qui sait s'attirer les faveurs des Dieux. Mais les dieux n'ont pas pu sauver ses beaux vêtements, hélas… (Quoi ? Les chemises, sur les garçons, ça a toujours été sacré…)
La femme qui l'avait accueillie gentiment dans son pays ne le tua pas, contre toute attente, et renvoya son animal dans le monde des immortels avant qu'il ne lui déchiquète. Elle avait les yeux rouges, de vraies pierres précieuses, pétillants de vie, et plissés par le soleil. Elle parla un instant dans sa langue - pas de l'anglais - et comprit rapidement que l'étranger ne lui répondait pas, ne semblait même pas la comprendre.
Elle se racla la gorge et dis, avec un léger accent, en anglais :
- Toi, l'intrus de l'autre partie, repars !
Mon père, qui, je l'avoue, était pas futé futé - et qui ne l'est toujours pas - ne broncha pas, comme si son cerveau enfiévré par la douleur ne captait plus l'anglais - pourtant sa langue maternelle et l'une des nombreuses langues qu'il parlait couramment.
Du coup, il a été pris en otage. Vous savez, les Incas et les Mayas sont vraiment susceptibles quand il s'agit d'empiéter sur leur territoire… Mon père était tombé pile dans le piège : la branche d'Amérique du sud l'attendait donc aux entrées stratégiques du pays, notamment aux portes magiques.
Mon grand-père maternel, ce n'est pas non plus de la tarte. A côté, les strictes de l'autre côté de la mer c'est des bisounours. Donc, quand mon père a vu mon grand-père maternel pour la première fois, il s'est fait dessus. Imaginez un puma aux ailes de condor entouré d'un nuage électrique, et vous saurez, en gros, ce qu'est mon grand-père : un animal pur et dur. Donc pas vraiment étonnant que mon père, qu'on aurait pu comparer à un panda roux avec des ailes de pigeons et un cerveau d'asticot, se sente menacé gravement par ce monstre de puissance.
Je ne sais pas ce qu'il s'est passé dans l'esprit de mon grand-père à ce moment - il devait être malade, ou fatigué - mais en tout cas il ne l'a ni tué, ni éjecté de son territoire, ni enfermé. Il a été accueilli sous les regards noirs de toute la famille.
C'était les derniers représentants du mélange Maya et Inca à gogo. Une sacrée bombe atomique, ce côté de la famille. Ils étaient dix : les quatre arrière-grands-parents, les deux parents et quatre enfants, âgés de 16, 18, 21 et 25 ans chacun.


Mon père resta un an dans cette famille, réussissant à se faire admettre au sein de cette "tribu". Enfin, j'vais vous passer les détails glauques mais il est sortit avec la plus jeune de la fratrie, ce qui fut plutôt mal vu au début. Mais quand il s'agit d'accepter quelqu'un d'aussi sympathique que mon père, personne ne peut refuser. Résister.
Aussi, lorsqu'il fit tomber enceinte la plus jeune - à tout juste seize ans - il du partir. Il n'a pas protesté. Il comprenait pourquoi - ses parents auraient fait pareil. Il est partit.
Maintenant, je vais passer en mode vitesse fois trois cent. Mon père s'est réconcilié avec son côté de la famille en annonçant qu'il perpétuerait une lignée encore plus puissante en ajoutant les Incas et Mayas dans la liste de dieux. Il s'est réconcilié un peu plus tard avec le côté de ma mère. Mon oncle et ma tante paternel se sont mariés et on eut des gosses. Ma mère m'a eue, moi. Et ce fut le début de ma vie.

Et puis... Nan, le reste, c'est secret. On verra bien avec le temps, okay ?









Pouvoirs
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •






N'avez-vous jamais vu cette lune spécifique, dans le ciel, la nuit, ou un matin ? Rouge sang ou simplement cuivrée ? N'avez-vous jamais sentie le mystère et la puissance qui s'en émanait ?
Nya est semblable en tous points à la lune : elle attire, influe. Manipule le conscient comme le subconscient des êtres vivants. Transforme la raison en instinct. Brouille leurs réflexions. Les déconcerte. Change les gens. A une attraction physique comme mentale sur eux. Les rends… fous.
La plupart des femmes lui sont soumises totalement et d'emblée, sans besoin de lien matériel. Pour les autres, il suffit pour ça qu'on la regarde dans les yeux, que ce soit la nuit ou encore que des objets en particulier soient autour d'elle (Métaux, êtres vivants, eau, objets en croissant ou rond de couleur rouge, autres…).
Vous l'aurez compris, les effets de cette capacité sont multiples. Et les façons de le déclencher, aussi.
Aussi, la nuit, elle puise toute son énergie dans la lune et peut avoir accès à d'autres petits pouvoirs... (mais secrets, tout en faisant partit de ce pouvoir)


Une aura noire qui puise son énergie dans l'ombre entoure Nya, en partant souvent des mains et des épaules. Cette aura prend peu à peu forme : parfois, elle n'est qu'une épaisse fumée noire ténèbres, mais elle peut prendre l'apparence d'une tornade de sable ou ressembler aussi à un nuage d'orage. L'aura pourra alors prendre une forme spécifique selon l'élément : le Python, accompagné de sable, le Jaguar, contrôlant l'électricité, et un Corbeau dont les ailes sont faites de fumée.
Nya peut contrôler à volonté cette aura, même en l'absence totale d'ombre (bien plus faible dans ce cas). Elle peut aussi, sans que l'aura ne l'entoure, contrôler les trois éléments ci-dessus ou se transformer aux animaux correspondants. Elle ne sait pas déclencher, hors combat, cette capacité, a du mal à canaliser la puissance qui émane parfois de l'ombre sans un sentiment assez fort ou sans adrénaline. La nuit, les effets sont décuplés.

Il arrive cependant que parfois le "manteau" d'aura, s'il l'entoure totalement, la blesse. La brûle. L'égratigne partout sur le corps. La fasse souffrir. Alors, parfois, elle se doit d'arrêter afin de ne pas être trop grièvement blessée…


Les portails de l'éternité… C'est en effet le bon mot qui synthétise ce pouvoir à merveille. Nya a bel et bien accès à ces portes si particulières, qui donne sur un monde d'immortel, de puissance pure et dure. Des portails qui lui donnent accès aux pouvoirs des divins. N'importe lesquels. A condition de respecter le rituel à la lettre : un peu de son sang, un peu de son âme, un peu de sa raison. Et aussi, une amulette. Nya se trimballe toujours avec des amulettes correspondantes aux dieux qu'elle pourrait invoquer en combat. Elle peut s'accaparer pendant quelques instants leurs attributs et leurs pouvoirs (contrôle d'un élément, pouvoir sur telle chose, invocation ou métamorphose en tel animal, … ). Elle peut leur demander aussi des services, et avec de la chance elle ne se fera pas décomposer au passage par un dieu mal luné…
Après la lune, les amulettes constitues sa plus grande force. Les amulettes sont différentes selon le dieu et la religion. Elles ne peuvent pas être détruites. Les amulettes peuvent servir à lier Nya à un animal ou à un être humain afin de pouvoir le contacter quand elle le désire, sans pourtant passer par le rituel habituel (seul le sang suffit).

On ignore si elle a d'autres pouvoirs, ou si justement elle les cache…






Il était une fois...
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •





Pseudo : Sagui / Kyana
Age : 14 ans et sept mois pile o/
Comment avez-vous connu ce forum ? Si tu veux que je t'égorge pour cette question déplacée, saleté de questionnaire, dis-le moi tout de suite qu'on en finisse :3
Aimez-vous le thème ? OUI, VIVE KONAMI !!!!!!!
Code du règlement : Tu veux que je te découpe en morceaux, c'est ça ? C'est pas assez douloureux l'égorgement pour toi ?
Qui est sur votre avatar ? Sakura Kyouko de… (oh, le nom de l'anime est long, j'le mets pas >.<)
Autres : Banana, banana… Banana split, ouais !






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Regaina

Messages : 882
The dead's money : 10468
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 19
Localisation : Bouh ! *dans ton dos !*

Votre pensionnaire...
Groupe: Heaven
Puissance:
80/100  (80/100)
Pouvoirs: Secret...

MessageSujet: Re: Nya - Encore une solitaire ? Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à être paumés dans leur vie ?!   Mer 24 Oct - 20:44

Perfect, beau boulot moi-même /SBAFF/

Validay, donc ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sotc.forumactif.org
 

Nya - Encore une solitaire ? Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à être paumés dans leur vie ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment ça j'ai l'air bourré ? Moi ? Le soir d'Halloween ? Mais pas du touuuuut voyons ! Et pis t'as aucune preuve ! Et Pan ! Dans ta face mon cher !
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
School of the Clans : Densetsu-Tekina Senso :: Votre personnage :: Présentations :: Présentations validées-