Dans cet internat, quatre clans d'élèves hors normes s'affrontent à mort... Choisis ton camp et bas-toi !
 

Partagez | 
 

 Vraie détente ou queurelles de lycéens ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Mar 11 Sep - 0:54

Vraie détente ou queurelles de lycéens ?


J’avais passé la moitié de ma journée assis sur une chaise, devant une table, à écouter des professeurs inutiles, ne désirant que m’imprimer des idées et une manière de me comporter dans le crâne. Pourquoi est-ce qu’ils ne voulaient pas comprendre que l’éducation ne servait plus à rien sur nous ? Quand je dis nous, je parle des gens avec des pouvoirs. C’est simple, nous avons une destinée bien différente des gens normaux. Nous sommes voués à accomplir des choses plus importante pour notre monde. Nous étions rare, mais certainement les soldats les plus puissants qu’ils puissent exister. Simplement avec une poignée du pensionnat, nous pouvons gagner une guerre, à nous seul. J’exagère un peu, c’est vrai, mais nous avons de tout ici. Des gens pour soigner, pour s’infiltrer, des combattants ! Nous avons tout pour réussir dans la vie et devenir des humains respectés et convoités. Il est dit que le clan Heaven ne désire que rassembler les autres clans et ensuite régner sur la ville. C’est vrai, mon premier but c’est bien celui-ci. Mais, je voyais les choses en grand. Je ne veux pas d’une dictature, non, mais je pense que notre école peut devenir la plus populaire et gagner en renommer grâce à nous. Malheureusement, nous n’avons pas tous les mêmes idéaux. Les Hell et les Naught n’avaient pas l’air de vouloir faire la paix, alors que les Estates ne voulaient que faire des alliances. Parmi les clans, le mien était le deuxième plus peace. Peut être qu’ils allaient se tourner vers nous en premier. Je ne sais pas si j’allais encore accepter la proposition, mais savoir que derrière nous se trouve un autre clan pour nous épauler est bon à savoir, autant pour l’orgueil que la confiance. J’étais un peu perdu dans mes pensées et je ne faisais pas attention à ce que racontait le professeur. Je me fis donc remarquer assez rapidement, à tel point qu’une craie traversa la salle pour finir sur mon front. J’ai haussé les sourcils et j’ai relevé mon regard vers la prof d’un regard haineux. Le sourire aux lèvres, j’ai pris la craie et je l’ai renvoyé vers elle. Avec mon autre main, j’ai utilisé la télékinésie humaine, l’empêchant de bouger et donc de se prendre la craie dans la face. La moitié de la classe s’est mit à rire et elle est rentrée dans une colère noire, en me demandant e prendre mes affaires et de sortir de la salle. J’ai attrapé mon sac et rangé le peu d’affaire sur ma table. Je me suis levé et j’ai fais passer mon sac au dessus de ma tête pour le faire suspendre dans mon dos, comme quand on prend une veste de façon classe. Sauf que la, c’était un sac.

Mon regard s’est vite dirigé vers l’horloge. 11h30. Merde, j’ai été viré à 30 minutes de la fin du cours. Mais bon, d’un côté, j’avais du temps libre et je pouvais me rendre à la salle de détente pour me reposer un peu. Sortant de la salle en claquant la porte, j’ai marché dans les longs couloirs du pensionnat. Ceux-ci étaient presque vides, je devais sûrement être le seul branleur à me promener à cette heure la. Ma démarche était lente et détendue, la deuxième main dans la poche et je sifflotais. Le couloir étant désert, mes sifflements résonnaient, alertant presque la moitié des professeurs se trouvant dans le couloir. J’en ai vu plusieurs sortir et râler de me taire et je souriais comme un imbécile. Puis, je suis arrivé dans la salle de détente, j’ai balancé mon sac contre le mur et je me suis dirigé vers le billard se trouvant au milieu de la pièce. J’ai pris le bâton que l’on appelle queue et j’ai placé les boules sur la table. Je me suis mit en place et j’ai fais glissé le bois sur mes doigts pour frapper la balle blanche. Après un assez gros brouhaha à cause du bruit des balles, j’ai continué ma partie en restant pensif. J’avais la chance de me retrouver seul dans une grosse pièce comme celle-ci. Mais cela n’allait pas durer, dans moins d’une heure, les personnes mangeant très rapidement allaient se pointer ici car ils n’avaient rien à faire après la cantine. Au pire, je pouvais les faire fuir ou utiliser mes illusions, mais j’allais m’épuiser très vite. Bon, après avoir terminé ma partie de billard, j’ai commencé à faire une partie de fléchette. Bon ok, autant dire que je me faisais plutôt chier tout seul dans mon coin. Mais en plein milieu de ma partie, alors que j’avais une flèche dans la main, j’ai entendu la porte s’ouvrir. Je me suis tourné rapidement et mes yeux sont devenus rouges. Simplement parce que je venais de mettre en marche mon pouvoir d’illusion. On va dire que je me préparais mentalement à attaquer si une personne menaçante faisait son apparition. J’avais toujours mon bracelet des Heaven sur moi et en sifflant d’une telle manière dans les couloirs et en me retrouvant seul dans la salle de détente, j’étais une proie à attaquer pour les autres clans…


Revenir en haut Aller en bas
Konami Setai
- Healeuse détraquée -
avatarMessages : 478
The dead's money : 9995
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 21
Localisation : A l'internat

Votre pensionnaire...
Groupe: Hell
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoirs: Energie noble (attaque magique) - Suaire immortel (bouclier) - Serviteur (transformation en soigneur)

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Mar 11 Sep - 5:04

Le souffle de Konami était coupé. Elle se maudissait d'avoir voulut aller aux toilettes pendant cette pause ! La porte avait été bloquée par des filles sûrement très intelligentes - nan y pas 20gr d'ironie là-dedans Very Happy - alors la nippone avait dû escalader l'obstacle. Ce ne fut pas une chose facile pour la jeune fille qui était plutôt petite. En fait elle était même tombée à la réception... Mais ce n'était pas là le plus difficile, non. Il lui fallait retrouver sa classe. Les deuxième année étaient déjà tous rentrés et son merveilleux non-sens de l'orientation faisait que Ko courait partout dans les couloirs en espérant se souvenir de la salle où elle était. Une salle de science attira son attention. Mais lorsqu'elle rentra, elle vit un professeur se faire embêter par des nouveaux bien en forme pour énerver leur monde. Alors Konami se contenta de refermer la porte et de se diriger vers la salle de détente pour trouver un moyen de passer le temps avant de pouvoir aller manger. Il fallait se rendre à l'évidence, même si elle parvenait à trouver sa classe, il était déjà trop tard pour assister au cours et elle se ferait probablement jeter.

Alors la demoiselle arriva près de la dite salle. Plutôt énervée, plus contre elle que contre les autres mais ça n'empêchait que cette colère pouvait se retourner sur quiconque qui s'amuserait à en rajouter. C'était rare de voir Konami énervée ! Mais ses études étaient importantes, la nippone ne pouvait se permettre de sécher les cours comme ça. Non pas qu'elle veuille être sûre de ne pas redoubler pour vite partir de ce pensionnat, non, toutefois elle aimerait ne pas perdre son temps. Ce n'est pas une fille très pressée cela dit, il faut du neuf, que ça bouge et que les choses lui donnent envie. L'aventure, c'est une chose que Ko aborde avec courage et ambition, avec raison ou non mais elle est toujours partante. Enfin. Elle ouvrit la porte et la referma de suite. Konami se tourna mais, s'attendant à être seule, elle eut un sursaut. Un jeune homme assez atypique dont les yeux projetaient une légère lueur rougeâtre.

- Il y a un problème ? Demanda Konami sans cérémonie (ce qui n'est pas vraiment habituel...)

Ce n'était pas vraiment l'idée qu'elle s'était faite de la salle de détente pendant les heures de cours... Normalement cet endroit est très vivant : musique, jeux, tout autant de choses qui permettaient aux étudiants de se détendre sur de grands canapés entre les cours. Être accueillie comme un danger potentiel c'était - vu l'établissement - plutôt normal. Malgré tout, Konami prenait plus ça pour une insulte que pour une méfiance pouvant être justifiée. C'est sûr, elle devait être l'une des plus "peace" de l'école, mais juste parce qu'elle était peu connue ou que les gens voyaient dépasser son collier signé Hell, Ko ne pouvait pas vraiment se faire d'amis. Les gens se méfient, doutes, ont peur (oui, peur de Konami, ça existe xD). Ce sont des réactions tout à fait normales, cependant pour une fille aussi dévouée aux autres et à la fois loyale envers son clan, c'était compliquer à gérer. Et cette année, elle passerait le trimestre seule, ne pouvant remplacer son ami qui l'avait recruté l'an passé.

Lorsque Konami avait rejoint le clan Hell, c'était avant tout pour rester avec ce garçon qui l'avait accueillie et défendue à tout moment. Mais en le suivant, Ko n'avait pas réfléchis au fait que l'année passée, elle serait seule... Bien sûr, elle a eut quelques contacts et en ce début d'année aussi, mais ce n'était pas l'idée que la demoiselle s'était faite à la base. Les choses allaient peut-être changer, qui sait ?

_________________

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyberozen.forumactif.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Mar 11 Sep - 19:23

Vraie détente ou queurelles de lycéens ?


J’étais tranquille dans la salle, seul, à jouer au billard ou alors aux fléchettes. Cette solitude m’ennuyait, surtout que je n’avais pas mon masque et que j’étais pour les autres un étudiant basique. Heureusement, une chose vint m’interrompre en ce lieu. La porte s’ouvrit et se referma directement, laissant apparaître une silhouette féminine. Devant moi se trouvait une jeune femme, avec un assez beau visage, mais légèrement enfantin. Elle avait une longue chevelure bleutée, plutôt propre en plus. Mes yeux étant rouges, mon illusion était déjà prête à frapper. Surtout que d’après ce que je voyais, elle portait un collier assez spécial. Celui des Hell. Tiens, c’est donc un membre de clan et en plus, ce n’était pas le plus apprécié d’après mes informations. Avec le sourire, j’ai activé mon pouvoir des archives pour enregistrer l’information dans ma tête. Je connaissais désormais une chose en plus qui pouvait servir au Heaven. Bon, pour le moment, c’était une ennemie, mais il faut voir si son comportement était comme les autres. C'est-à-dire infecte et ne désirant que tuer. Mais, elle m’adressa la parole, me demandant si j’avais un problème. Hum, c’était une phrase que je n’aimais pas entendre. Généralement, les gens qui utilisent celle-ci, sont des gens qui pètent plus haut que leur cul. Bien, je n’avais pas envie d’utiliser mon illusion dès son entrée, mais au final si. J’ai fixé la fille dans les yeux et mon pouvoir s’est réellement activé. Aux yeux de la lycéenne, la salle est devenu très sombre, il faisait noir, on ne pouvait plus rien voir. La seule chose qu’elle pouvait distinguer était la forme de mon corps. Peu à peu, des tâches blanches sont apparut sur le mur. Elles se sont rassemblés et ont commencés à prendre une forme étrange. Une forme blanche qui flottait dans les airs pour s’approcher petit à petit de la demoiselle. Bon, je ne pouvais pas prévoir sa réaction, mais la voir. Car oui, de mon côté, je voyais parfaitement la salle. Tout était parfaitement normal, sauf pour elle. Pendant ce temps, le fantôme s’est mit à prendre une meilleure forme, qui était monstrueuse, un visage vraiment horrible, brulé, laid et des dents pointus. Il s’est mit à crier très fort et à foncer sur la femme aux cheveux bleus. Puis, j’ai claqué des doigts, le bruit résonnait parfaitement dans la pièce vide. D’un seul coup l’illusion disparut, laissant la jeune femme revenir dans la réalité. Alors que moi, j’avais encore le sourire aux lèvres.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as vu un fantôme ? »

Oui, une phrase ironique. Simplement pour la taquiner un peu et détendre l’atmosphère. J’ai soupiré et j’ai avancé calmement vers la table de billard et j’ai saisis une nouvelle fois un bâton. Puis un deuxième. Deuxième que j’ai lancé verticalement à la beauté, pour qu’elle l’attrape. Voyons voir si elle avait un minimum de réflexe au passage. Bon, vous vous doutez bien que si j’étais devant la table avec la queue en main, c’était pour une raison bien précise. Quitte à se faire chier, autant le faire à deux. Après, je ne connaissais pas encore ce qu’elle allait faire. J’avais utilisé mes pouvoirs sur elle dès son arrivée, comment allait-elle le prendre ? Allait-elle osée débuter un combat dans une salle de détente ou se taire et ne rien dire ? J’espérais sincèrement qu’elle allait choisir la deuxième option. Je pouvais me battre, mais il serait dommage d’abimer un si beau visage. Pendant que je pensais, j’ai remis les boules en place sur la table, idem pour la balle blanche. Dans un élan d’orgueil, j’ai posé mes fesses sur le bord de la table et j’ai croisé les bras en la regardant en souriant. Ah et j’oubliais, j’étais habillé d’un simple t-shirt blanc ainsi que d’un pantalon noir. J’étais dans une tenue décontracté et assez cool, histoire de pas trop me prendre la tête en cours. J’aimais être habillé léger.


HRP : La tenue : http://image.noelshack.com/fichiers/2012/37/1347391478-air-gear-600-772051.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Konami Setai
- Healeuse détraquée -
avatarMessages : 478
The dead's money : 9995
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 21
Localisation : A l'internat

Votre pensionnaire...
Groupe: Hell
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoirs: Energie noble (attaque magique) - Suaire immortel (bouclier) - Serviteur (transformation en soigneur)

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Mer 12 Sep - 7:31

L'image du Hell sanguinaire qui n'aime la vie qu'en prenant celle des autres ne collait pas vraiment - même pas du tout - avec Konami. Comme quoi, les enchaînements de cause à effet amènent très loin. Un peu trop même... Mais ce n'était pas comme si Ko s'en plaignait. Il faut dire que cela ne lui avait jamais empêché de fréquenter des membres de d'autres clans ou des solitaires sans les manger. La demoiselle n'était pas friande de violence. Bien que sa vue ne provoquait curieusement rien chez elle, ce n'était pas un loisir auquel Ko s'adonnerait. Il était rare de trouver chez les Hell des personnes comme Konami, je crois même que c'était la seule gentille idiote assez stupide pour se retrouver dans cette situation avec des supérieurs qui préféreraient parfois la tuer plutôt que de la voir dans un autre clan et pour qu'elle cesse de les encombrer... Ce n'était pas un cadeau cette schtroumphette !

Les yeux rouge perçaient le regard crédule de Konami. Elle eut un mouvement de recule et un souffle de peur lorsque soudain tout s'assombrit autour d'elle. Regardant la pièce dans ses recoins pour comprendre ce qui se passait, Ko se tourna à nouveau face à elle et remarqua la silhouette blanche se dessiner et prendre forme dans des détails effrayants. Bizarrement, elle était plus intriguée qu’apeurée malgré qu'elle ne cachait pas son envie de déguerpir. Mais la salle reprit son apparence naturelle. Konami reporta alors son attention vers le jeune homme.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as vu un fantôme ? Lâcha-t-il non sans sarcasmes.

*Ce sera bientôt toi le fantôme !*

Non, elle ne pouvait penser ça ! Faire du mal à quelqu'un, ce n'était pas dans ses habitudes ni dans ses désirs. Elle voulait protéger les autres et l'idée de faire du mal même à son pire ennemi était impossible ! Peut-être qu'à trop traîner dans les couloirs la raison lui avait été prise...

L'importun avait saisi les queues de billard et en envoya une vers Konami qui ne fit aucun efforts pour rattraper l'objet. Une fios celui-ci à terre, elle secoua la tête violemment et son regard noir disparu. Comme si elle reprenait ses esprits ; ses vrais esprits.

- Désolée... lança la jeune fille.

Elle ramassa la queue mais la tint à l'envers...

- Je ne sais pas jouer à ce jeu, annonça Konami en regardant l'étudiant avec son sourire niais et gêné habituel.

_________________

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyberozen.forumactif.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Jeu 13 Sep - 1:13

Vraie détente ou queurelles de lycéens ?


[justify]Apparemment, mon illusion et ma phrase avait eut le don de la mettre dans un état de blasé de la vie. Du moins, c’est ce que j’avais l’impression de voir. Certes, l’illusion l’avait un peu effrayé, mais ma phrase n’était pas du tout crédible, au contraire. Mes yeux devenus rouges m’avaient trahi à la seconde ou elle était entrée. Mais qu’importe, de toute façon, ce n’était qu’une simple provocation et pour lui dire qu’elle ferait mieux de parler correctement quand elle entrait dans une pièce, surtout en s’adressant à un leader et un inconnu. Bon, une chose me fit rire, mais énormément. Le genre de rire qui embête l’interlocuteur, car on sait très bien qu’on se moque de celui-ci. Il faut dire que la jeune demoiselle aux cheveux était assez comique. Déjà, ne même pas bouger pour rattraper la queue que je venais de lui lancer. Deuxième, elle avait finit par le ramasser, mais le tenir totalement à l’envers. En affirmant qu’elle ne savait pas jouer du tout au billard. Si elle commençait à tenir la queue dans le bon sens pour voir ? Peut être que cela serait un peu mieux et plus facile non ? Encore en train de rire légèrement, je me suis arrêté et j’ai marché vers elle, calmement, sans gestes brusques. J’ai attrapé sa main avec délicatesse et j’ai retiré l’objet de sa main avant de lui redonner avec le sourire aux lèvres.

« Si tu commençais par bien tenir le bâton ? »

Mais, profitant que j’étais en face d’elle, j’ai levé ma main vers son cou, et j’ai attrapé du bout des doigts son collier, en fixant le symbole dessus. C’était véritablement une Hell, comme prévu. Bon, heureusement, elle n’avait pas l’air d’être un grand danger pour moi, une jeune femme assez maladroite, voila ce qu’elle avait l’air d’être. Voila une information en plus à graver dans ma mémoire. Mais, j’avais un peu du mal à croire qu’elle était avec les Hell. Je veux dire, elle avait l’air si gentille et si maladroite. C’était carrément l’inverse de la doctrine du clan, ils sont démoniaque et veulent que les autres soient des esclaves. Comment pouvait-elle accepter une telle chose ? Peut être de la même façon que moi, au début, j’ai été embarqué dans un truc donc je ne connaissais rien. Peut être que elle aussi. Il est probable qu’elle soit forcée à rester. Ou alors elle se fichait totalement des objectifs des clans. Au final, j’ai redressé mon regard vers elle en souriant et j’ai relâché son collier, me dirigeant vers la table. Me mettant en place, j’ai fixé la fille d’un regard beaucoup plus sombre et terrifiant qu’au début. Puis j’ai dis d’une voix grave :

« Voyons voir ce que tu as dans le ventre, la Hell. »

Sans la quitter du regard, j’ai frappé la boule blanche avec la queue. Après de nombreux chocs entre les boules, une d’elle est entrée dans le trou. Gagnant un nouveau tour parce que j’avais rentré une boule, j’ai donc recommencé, mais j’ai cette fois-ci ratée mon coup. J’ai soupiré et je me suis adossé contre un mur, en attendant une réaction de la femme.
Revenir en haut Aller en bas
Konami Setai
- Healeuse détraquée -
avatarMessages : 478
The dead's money : 9995
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 21
Localisation : A l'internat

Votre pensionnaire...
Groupe: Hell
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoirs: Energie noble (attaque magique) - Suaire immortel (bouclier) - Serviteur (transformation en soigneur)

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Jeu 13 Sep - 12:17

Être maladroit, c'était un fait. Konami l'était et ne le niait pas. Mais à défaut de s'en-têter à combattre ça et améliorer sa précision, elle préférait tout bonnement ne pas faire d'effort. La jeune fille n'était pas venue ici pour faire un billard... Cependant, ne pouvant pas refuser par gentillesse et pitié pour ce garçon solitaire, Ko devait se résoudre à accepter cette partie. Le jeune homme riait du manque de motivation de la demoiselle et il y avait de quoi. Vu la tronche qu'elle tirait, la nippone n'engageait pas vraiment la considération des autres, ce qui laissait place aux railleries collatérales. L'étudiant s'approcha de Konami de façon posée, comme si rien ne s'était passé. Il prit la queue que Ko avait ramassée et lui prodigua le conseil suivant :

- Si tu commençais par bien tenir le bâton ?

*Pourquoi il m'énerve celui-là ?*

Rares étaient les fois où Konami ressentait ça envers d'autres personnes. Plutôt effacée et à s'adapter aux autres, ce n'était pas le genre de personne qui allait s'opposer ou s’offusquer à ce qu'on lui dirait. Toutefois, la jeune fille n'était pas dans le meilleur de sa forme et les nerfs commençaient à la titiller. C'est bien rare mais après tout, Ko était "humaine" et ne pouvait constamment brider ses mauvais sentiments. Elle fit tout de même l'effort pour ne pas paraître désagréable ou irrespectueuse. Bref, il y avait donc un sens particulier pour tenir ce... bout de bois vernis. L'importun approcha sa main de son cou, ce qui eut le don d'inquiéter la jeune fille. Lorsqu'elle comprit qu'il ne faisait que regarder son collier, elle observa plus en détail son visage qu'elle voyait de près. Ses cheveux noirs étaient balayés sur le côté mais ce qui capta le plus l'attention de Ko fut ses yeux dorés concentrés sur le collier qu'elle portait. Effectivement, porter ce collier - contrairement aux autres - ne faisait pas de Konami une criminelle en puissance désirant écraser tout ceux qui viendront se mettre sur son passage. On s'en apercevait dés qu'on la voyait. Mais rares étaient les personnes qui n'étaient pas étonnés de la voir porter un collier plutôt qu'un bracelet made in Estate. Ko n'avait pas l'étoffe d'une Hell... La Heal n'était finalement toujours Hell que pour les servir. Les deux parties en étaient heureux et gagnants finalement.

Un sourire se dessina sur le visage du garçon lorsqu'il leva ses yeux vers ceux de Konami dont le regard s'écarquilla. Ce type n'était pas normal. Soit. conclusion hâtive mais correct malgré que Ko ne s'y attarda pas plus que ça. Il finit par quitter ce sourire aux allures moqueuses et malsaines pour reporter son attention vers la table de billard.

- Voyons voir ce que tu as dans le ventre, la Hell, défia l'inconnu.

Konami resta à sa place. Le bâton dans le bon sens (^^") alors que le jeune homme fit s'entrechoquer les boules. Une de type pleine entra. Il rejoua.

*Il joue tout seul ?*

Deuxième coup puis il se recula, s'adossant à un mur.

*Ah...*

Un éclair d'intelligence frappa la simple d'esprit qui vint à la conclusion que ce devait être à elle de jouer. Loin de Konami l'idée de pouvoir battre son adversaire, que ce soit au billard ou en duel, elle s'attarda plus sur la technique plutôt que sur la performance.

*Bon, la boule blanche doit faire rentrer les autres... Ça n'a pas l'air si compliqué...*

Elle s'approcha et regarda l'état de la table, se disant que ça devait être joli si elle faisait des rebonds sur les coins. La nippone joua donc et - tenant le bâton de façon peu adaptée - fit rebondir la boule blanche sur le bord du haut. Au retour la blanche frappa deux boules pleines qui entrèrent non sans difficultés dans les trous.

- YATAAAA !!! S'exclama la jeune fille sans comprendre qu'elle venait d'avantager le garçon.

_________________

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyberozen.forumactif.com/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Dim 16 Sep - 1:56

Vraie détente ou queurelles de lycéens ?


Que c’était compliqué une femme. Encore pire dans un pensionnat comme celui-ci où elles avaient des pouvoirs assez puissants. Je ne savais pas si celle-ci en possédait des bons, mais j’adorais les découvrir. Bon, de préférence, je ne voulais pas que cela soit sur moi. Me prendre un tas de pouvoir en pleine face, c’était pas le rêve d’un étudiant normal. Quoi qu’il en soit, la jeune Hell en face de moi n’avait pas l’air de savoir sur qui elle était tombée. Bon ok, pour le moment, j’étais le gentil petit Saito qui ne désirait que s’amuser. Mais ne sait-on jamais, elle pouvait devenir agressive et faire sortir le leadeur délinquant qui voulait se battre avec les autres. Je dois dire que pour le moment, je n’avais pas trop de problème avec cette fille. Même quand j’ai attrapé son collier pour vérifier si ce que je voyais était réel, elle ne fit rien. Oh, j’ai bien vu qu’elle fixait mes yeux, mais que voulez-vous, on me dit souvent qu’ils expriment beaucoup de chose. Elle était peut être tombée sous mon charme… Je m’importe un peu trop la. Tiens, mais au fait, je ne connaissais même pas son prénom. L’appeler la Hell n’était quelque chose de très valorisant. Enfin, ce n’est pas un très beau prénom surtout. Quand j’ai commencé à jouer mon tour, je me concentrais, ne cherchant pas à attirer l’attention ou à agir avec classe. Bon, le problème c’est que, quand se fut à son tour, c’était le bide complet. Elle fit rentrer deux boules pleines, ce qui était une faute. J’ai froncé les sourcils en l’entendant crier de joie. On pouvait vraiment jouer dans des conditions comme celle-ci ? Non, pas qu’elle était stupide, mais elle ne connaissait pas vraiment les règles. Peut être qu’un jeu comme les fléchettes serait un peu plus simple. Viser le milieu pour avoir le plus de point, rien de très compliqué ! Finalement, j’ai finis par soupirer et j’ai relevé mon regard vers elle, captant son regard.

« Bravo, tu as l’air forte, malheureusement, tu ne connais pas très bien les règles. Je pense qu’on devait s’arrêter ici, tu ne penses pas ? Si tu veux, on peut dire que tu as gagné. Dans le pire des cas, on peut jouer aux fléchettes, ce n’est pas compliqué d’apprendre. Tu vises le milieu, en gros, mais tu dois déjà le savoir. »

Calmement, j’ai tendu mon bras vers le côté pour y déposer la queue, contre le mur. Pour faire plus rapide, j’ai utilisé mon pouvoir de la télékinésie humaine. Avec mon regard et mes doigts, j’ai fais bouger le bras de la demoiselle et j’ai fais tendre ses doigts d’un seul coup. Le bâton s’est mit à voler en ma direction et je l’ai attrapé en tendant le bras. Petit sourire gentil sur les lèvres, j’ai ensuite posé le sien à coté du mien. Que pouvait-on bien faire dans une salle de détente à deux ? Bon, à la limite il y a le babyfoot, mais j’ai un peu une petite flemme d’y jouer. Mais j’avais la solution pour ça, moi qui est un flemmard de base, il y avait un confortable canapé blanc contre un mur. Je le voyais de loin, m’appeler. Il pleurait et criait mon nom pour que mes fesses viennent s’y poser. L’envie plus forte que tout, j’y suis allé. Je me suis assis et j’ai croisé les bras. Par la suite, j’ai relevé mon visage une nouvelle fois vers la jeune demoiselle et j’ai réfléchis. J’espérais qu’elle ne connaissait pas mon identité. Elle n’avait pas l’air d’être une fille très informée sur les autres clans, si je donnais mon nom, est-ce qu’elle allait l’avoir déjà entendue ? Les informations circulent très vite dans le pensionnat, surtout s’il y a des clans en guerre. J’étais chef depuis 1 mois déjà et il est possible que je sois déjà démasqué. Les Ghosts ont par exemple moyen de s’infiltrer dans mon clan, ce ne serait pas la première fois que cela arrive, que deux clans ennemis s’espionnent secrètement. Pendant ce temps, plus je réfléchissais, plus je commençais à m’avachir sur le canapé. Au début, je glissais, puis petit à petit, j’ai terminé étalé de tout mon long sur celui-ci, encore les bras croisés. J’étais en parfaite position pour pioncer. J’ai fermé les yeux et j’ai dis :

« Saito, un Heaven. Et toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Konami Setai
- Healeuse détraquée -
avatarMessages : 478
The dead's money : 9995
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 21
Localisation : A l'internat

Votre pensionnaire...
Groupe: Hell
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoirs: Energie noble (attaque magique) - Suaire immortel (bouclier) - Serviteur (transformation en soigneur)

MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   Dim 16 Sep - 8:49

Les femmes ce n'était pas aussi compliqué qu'on pouvait le penser, disons juste qu'il fallait souvent un décodeur pour comprendre leurs pensées, mais leurs manquaient parfois tout autant de raisons que ceux des hommes. La différence ne se situait pas majoritairement dans le comportement. Il en est pour preuve que beaucoup de filles étaient garçons manquées et que beaucoup de garçons étaient efféminés. Il n'y avait aucun mal à cela d'autant plus que tout le monde avait en soi les armes pour comprendre les autres et les interpréter. Certes cela pouvait prendre du temps et nécessiter de l'expérience, mais c'était finalement à la porter de tous. En tout cas, Konami n'avait pas de problème à comprendre les choses en elles-mêmes. Elle se mettait des barrières pour ne pas accepter le négatif et le mauvais qui sommeillait en chaque personne. C'est l'une des raisons qui la rendait niaise et stupide aux yeux de tous les autres.

Comprendre les choses, c'était un bien grand mot... Mais après tout, elle avait réussit à comprendre qu'il ne fallait pas faire tomber la boule blanche ! Bon, la noire, elle la considérait comme une boule pleine m'enfin, ce n'était qu'un détail ! "^^ Il fallait avouer que le billard, lorsque l'on n'en a jamais fait ni regardé, ce n'est pas le jeu le plus intuitif... Et ces jeux de bar, Ko n'y avait pas souvent été confrontée, même pour ainsi dire jamais. Le baby-foot serait déjà plus à sa porter bien qu'elle considérerait que tous les buts comptent, que la place du tireur n'est pas réglementée. Cela restait plus à sa portée que les fléchettes ! A jouer comme ça, ok, elle comprendrais, mais pour compter les points, c'est pas gagné ! Mais l'attitude du garçon signifiait clairement qu'il ne chercherait pas à lutter pour son cas...

- Bravo, tu as l’air forte, malheureusement, tu ne connais pas très bien les règles. Je pense qu’on devait s’arrêter ici, tu ne penses pas ? Si tu veux, on peut dire que tu as gagné. Dans le pire des cas, on peut jouer aux fléchettes, ce n’est pas compliqué d’apprendre. Tu vises le milieu, en gros, mais tu dois déjà le savoir, lança le jeune homme sur un ton calme.
- Euh...

Konami se sentait gênée. Non pas de ne pas savoir jouer à tout ça, mais de décevoir le garçon. Malgré qu'elle ne le connaisse pas, la nippone n'aimait pas décevoir les gens qu'elle rencontrait. Même s'ils l'attaquent mentalement dés le premier regard ><. Oui, gentille fi-fille.

Alors que la demoiselle restait plantée au milieu de la salle, le jeune homme s'installa sur le canapé. Il est vrai que ces assises avaient l'air bien confortables. La plupart du temps, les étudiants les monopolisaient et Konami passait toujours son tour. S'asseoir sur un gros canapé moelleux c'était très reposant et puis ça donnait envie. Mais Ko était, vous l'aurez compris, trop gentille pour son propre bien. Malgré qu'elle avait là la possibilité de s'étaler dessus, Konami préféra s'asseoir sur le bord de la table de billard. S'installer à côté d'un jeune homme qu'elle ne connaissait que depuis quelques instants était quelque chose d'impensable pour la nippone. Elle se contenta de regarder le garçon sombrer dans la mousse du canapé.

- Saito, un Heaven. Et toi ? Finit-il par demander.

Konami sauta de la table pour s'incliner et se présenter à son tour.

- Konami Setai, Hell, répondit-elle sans se poser de questions.

La jeune fille n'avait même pas fait attention au bracelet que pouvait porter ce Saito. Il faut dire qu'elle ne prêtait que rarement d'attention aux signes démontrant à quel clan appartiennent les étudiants. Et ce nom ne lui disait rien... Saito. Ce devait être un membre tout ce qu'il y avait de plus banal. Après tout, c'était rare de trouver des haut-gradés tout seuls. Surtout dans ces moments où tous les adultes travaillaient dans des couloirs plus éloignés. Elle n'était pas très informée sur les autres clans, non pas parce qu'elle s'en moquait, mais parce que Ko et les noms, ça fait dix ><. Pour la demoiselle, le leader Heaven a un masque orange, c'est tout ce qui lui a permit de l'intégrer dans sa petite tête. C'était un instant rêvé pour descendre un leader ou un lieutenant. Ce n'était pas du tout l'intention de Konami, même si cela augmenterait son sursit chez les Hells, jamais elle ne pourrait faire de mal à quelqu'un ! Enfin, pour l'instant...

_________________

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ

コナミセタイあなたは馬鹿話をするとき、多分彼は実際に同じことをやっているコナミセタイ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyberozen.forumactif.com/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vraie détente ou queurelles de lycéens ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vraie détente ou queurelles de lycéens ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La cafét'?Un petit moment de détente.
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» Mirlande Manigat aux Gonaives mercredi soir:une vraie démonstration de popularit
» une petite blague vraie de laramas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
School of the Clans : Densetsu-Tekina Senso :: La partie RPG :: Le pensionnat :: Bâtiments principaux :: Salle de détente-