Dans cet internat, quatre clans d'élèves hors normes s'affrontent à mort... Choisis ton camp et bas-toi !
 

Partagez | 
 

 Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inno' Festinius Nero
Serial Killer
avatarMessages : 79
The dead's money : 9669
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22

Votre pensionnaire...
Groupe: Solitaire
Puissance:
0/100  (0/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Ven 21 Sep - 20:18

J'étais à peine arrivé dans ce nouvel établissement que je m'étais déjà fait "recruté" par plusieurs groupes de personnes, excessivement gentilles ou, au contraire, utilisant des moyens très violents pour me faire rejoindre leurs "clans" stupides. L'établissement dans lequel j'avais atterri, reprenant l'école plus de deux millénaires après l'avoir quitté une première fois était déchiré par une guerre intestines pour des valeurs auxquelles je n'accordais pas la moindre once d'intérêt. Qu'ils s'entre-tuent si ils le voulaient, ce n'étais pas parce que l'on essayait de me faire rentrer dans un clan pour détruire les autres que j'allais le faire. Et de tout manière, je n'étais vraiment pas une bonne arme du fait de mes pouvoirs, m'empêchant d'administrer ne serait-ce qu'une blessure durable à une personne, que ce soit moi ou une autre. Toute cette guerre était totalement vaine mais au moins elle constituait l'assurance de s'amuser pendant les quelques années que j'allais passer ici, années que je ne passerais comme un simple spectateur de ces batailles sanglantes. Le moyen le plus simple et le plus efficace de m'amuser était tout simplement de prendre part à se qui se tramait ici en massacrant, sans distinction particulière et dans la mesure du possible, toute personne qui finirait par m'irriter, d'une manière ou d'une autre. Du fait de ma vie éternelle, la guerre et la vie étaient devenues un simple jeu servant à assurer mon amusement au travers des siècles.

J'avais seulement assisté à une semaine de cours, essayant tant bien que mal de ne pas agresser les professeurs et de me défouler, au contraire, sur ces élèves qui s'occupaient du recrutement et qui disposaient de pouvoir jusqu'à présent décevants et je commençais déjà à regretter mon choix, vu le niveau de ce qui s'était, jusqu'à présent présenté à moi. Cette semaine m'avait permis de me familiariser avec les locaux et, entre autres, de découvrir la présence d'une salle dédiée au combat au sein de celui-ci. Une place parfaite pour devenir berserk. Aujourd'hui, après les cours, je m'étais donc rendu dans la salle de combat pour m'entraîner à manier mon glaive. J'avais commencé par sélectionner avec soin ma tenue, de manière à être vêtu de vêtement légers et permettant de se déplacer sans aucun problème. Habillé tout en blanc, je devais avoir l'air encore plus étrange que d'habitude, ressemblant très probablement à quelqu'un de si malade que sortir de son lit aurait été un effort à éviter.

Entrant dans la salle, je regardais autour de moi, juste pour trouver un petit de groupes cinq élèves tapant sur un sac de boxe, chacun son tour. Sourire. M'avançant vers ces Naught, j demandais le droit de participer également à l'activité et, avec trop de forces, je frappai le sac, le décrochant de son attache et ce malgré le fait que ces élèves ne m'avaient pas autorisés à y toucher. Ce n'est pas comme si je portais la moindre attention à leurs opinions mais ils s'offusquèrent et essayèrent de se leaguer contre moi. Soupir. Comme si cela servait à quelque chose. *Tranche, tranche, tranche, Nero.* Cédant à l'impulsion de ce que la voix que j'entendais depuis maintenant si longtemps qu'elle faisait partie intégrante de ma vie, je créait un glaive à partir de mes os, simple Gladius Hispaniensis dont il avait appris le maniement durant la jeunesse de sa "vie", son arme de prédilection et celle avec laquelle il s'était entrainé pendant deux millénaires. Je prenais le temps de renforcer au maximum la lame et... *Balance, Nero. Balance et fait couler le sang, brise les os.*

Les assaillants qui se jetaient sur moi ne semblaient pas réellement réfléchir ni prendre en considération le fait que j'étais peut-être plus puissant que ce que mon apparence pouvait le laisser penser. Utilisant à peine leurs pouvoirs, les quatre premiers tombèrent avec un simple mouvement horizontal, juste parce qu'il s'étaient approchés de trop près. *C'est mauvais ça, tu aurais du avoir les cinq en un seul coup. Ca sent le rouillé.* Le temps que le dernier d'entre eux s'aperçoive de ce qui se passait, je plantai le glaive au travers de son cœur, faisant ruisseler le sang, avec une vitesse légèrement trop rapide pour un être humain. Je m'étais précipité. Et maintenant, je n'avais plus rien à faire d'autre que d'attendre qu'ils se relèvent et de recommencer, attendant que, cette fois, ils soient préparés à m'affronter. *Ou sinon, tu pourrais ne pas leur laisser ce temps non? Ou bien utiliser un handicap?*

Alors que le dernier corps touchait terre et que je me relevait, ruisselant, pour aller m'asseoir en attendant qu'ils ressuscitent, un bruit retentit: celui de la porte s'ouvrant. Tout en me retournant, pour apercevoir une silhouette féminine, je lançais, d'un ton joyeux à l'image de mon humeur du moment daignant cette fois accorder de l'attention à ce qui pouvait se révéler être une nouvelle source d’intérêt qui pouvait ne pas être aussi irrespectueuse que la précédente envers ses ancêtres.:

"-Oh? Une partenaire pour l'entrainement? Entre, entre, je suis à ta disposition, jeune fille."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris Ishtar

avatarMessages : 43
The dead's money : 9721
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton Ombre

Votre pensionnaire...
Groupe: Naught
Puissance:
82/100  (82/100)
Pouvoirs: T'aimerais bien le savoir

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Dim 23 Sep - 16:52

L'entrainement. J'étais sortie du QG, avec une tête d'enterrement. La réunion avait duré plus longtemps que prévu, et une nuit blanche dans les locaux abandonnés, ce qui constituaient notre base, m'avait vidé de ma bonne humeur, qui n'était pas légendaire, loin de là . . . Après une bonne douche, j'avais saisi Mugen et me promenais actuellement dans les couloirs, presque déserts du pensionnat. Je marchais d'un pas modéré, mes écouteurs dans les oreilles, j'avais besoin de me ressourcer, et pour cela, une bonne cure de Three days grace ainsi que de Linkin Park allait être nécessaire pour me faire oublier la nuit affreuse passée. Après une demi heure de marche, j'étais plus ou moins calmée. Pourquoi fallait-il toujours que les réunions soient aussi longues ! il fallait arrêter là ! les autres Naughts étaient bien assez grands pour résoudre leur problème de gamin de douze ans ! Moi même j'en avais quinze ! et je m'occupais des problèmes de mes aînés. C'était dire ! Nan mais je vous jure ! L'odeur du sang. Je me figeais. Déjà ? Je n'avais vraiment pas de chance . . .S'il le fallait, j'allais être embarquée dans un combat auquel je n'étais pas mêlée. Après la nuit blanche, c'était ce qui risquait de m'arriver. Je soupirais, et continuais d'avancer vers la salle de combat. J'avais vraiment besoin de décompresser, et quitte à ce que je ravage la salle d'entrainement avec mon sabre, mes pouvoirs, et bien sur ma force brute, tant pis ! J'ouvris la porte après avoir frappé trois fois. Et devinez un peu ce que je vis ? Cinq de mes camarades de clan, gisant pas terre, inconscient, dont l'un d'eux baigné dans une marre de sang. Au centre, un adolescent me regarda, puis me lança :

"-Oh? Une partenaire pour l'entrainement? Entre, entre, je suis à ta disposition, jeune fille."

Alors là, j'eus un frisson dans le dos. la manière dont il me parla me laissait penser à deux choses : soit c'était un gars chaud bouillant qui se fichait légèrement de moi, soit c'était un sadique qui venait de mettre KO cinq des miens, et qui semblait en redemander. J'optais pour la seconde hypothèse. Bon, l'étui de mon sabre sur mon épaule, j'entrais, avec un air décontracté, et fermais la porte derrière moi. J'analysais tranquillement la situation, sans trop réfléchir non plus. Ma capuche sur la tête, me cachait la moitié de mon visage, mais l'on pouvait distinguer uniquement mon œil gauche, mon collier e Naught caché sous mes vêtements. Je pris Mugen, sans le sortir de son étui, si je faisais un mouvement brusque, sans son "sceau", je risquais détruire les murs porteurs . . . Je souris, énigmatiquement à mon interlocuteur et lui lançais, d'une voix motivée :

Merci c'est gentil. Mais est ce qu'on pourrait faire les présentations avant ?

J'aimais bien savoir à qui j'avais à faire, il ne semblait faire parti d'aucuns clans. Il en avait de la chance. Petit veinard ! Moi, au contraire j'avais choisi un clan. Bien que je ne me comportais pas du tout de la même manière que mes autres camarades, qui en général, étaient assoiffés de sang, ou complètement aliénés. Après tout, j'allais peut être me battre avec un adversaire qui en valait la peine. Il me fallait son nom pour l'associer à un combattant hors pair. Et puis qui sait ? Peut-être que je me rapprocherais de lui, en tant qu'éventuel "ami", ou un truc du même genre. Les vrais amis étaient rares dans ce pensionnat. Et je n'avais pas l'intention de me jeter sur lui et de le forcer à rejoindre un clan. Je comprenais qu'il ait décidé de rester seul, il pouvait jouer le rôle d'un lycéen ordinaire, et ne pas se mêler des conflits entre clans . . . Bien que le glaive, qui ressemblait à un os démontrait le contraire. Il n'était humain, et encore moins normal . . .

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inno' Festinius Nero
Serial Killer
avatarMessages : 79
The dead's money : 9669
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22

Votre pensionnaire...
Groupe: Solitaire
Puissance:
0/100  (0/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Dim 23 Sep - 20:05

L'inconnue s'avança légèrement et referma la porte derrière-elle Le fait qu'elle s'avance dans la pièce me permis de l'observer sans problème: j'avais devant moi une jeune fille dont l'apparence était celle d'une adolescente de 15 ans, ce qui pouvait s'avérer trompeur, et qui avait la moitié du visage cachée, ce qui pouvait peut-être gêner sa vue. Affronter un adversaire avec un désavantage *Permet de leur infliger une défaite encore plus simple et amusante* ne leur fait pas honneur, loin de là. L'apparence frêle de la jeune fille était, de toute évidence trompeuse puisqu'elle portait un katana, encore dans son étui, et qu'elle n'avait pas été repoussée par les morts à mes pieds. Ouvrant la bouche, celle-ci me lança un:

"Merci c'est gentil. Mais est ce qu'on pourrait faire les présentations avant ?"

Des présentations? Elle était visiblement bien plus respectueuse que les corps à mes pieds. *Attaque.* Me contenant, je balançais les corps hors du terrain, de manière à ce qu'ils ne nous gênent pas lorsque nous échangerions nos coups puis je me rapprochais de la jeune fille, après avoir pris soin d'enlever mes chaussures, montrant une peau couverte de cicatrices et de points de sutures, mais cela me permettrait de me déplacé avec un peu plus d'aise. Une fois arrivé à une distance raisonnable de celle-ci, je m'inclinais, respectant une règle normale de la politesse, même si je ne savais pas de quelle époque elle provenait, et j'entrepris de lui répondre, en ajoutant des commentaires, lui montrant un certain respect même si elle faisait partie de la plèbe et les mot sortirent de ma bouche, enjoués.

"-Je m'appelle Innocentius Festinius Nero et je suis nouveau ici, arrivé il y a peu. Si je pouvais me permettre un conseil, tu devrais retirer ta lame de son étui, sinon tu seras bien trop désavantagée contre moi. Et n'ai pas peur de frapper, je ne pense pas que tu sois en mesure de me blesser de manière durable.

Alors que j'étais toujours incliné, la voix susurra, une fois de plus, oppressante: *Attaque! Je veux un combat, je veux un combat! MAINTENANT!* et le contrôle de mon bras m'échappa, relevant mon glaive à un vitesse un peu trop rapide puisque les os de mon bras se brisèrent avec un *Crac* avant de se reformer dans la seconde mais cela ne m'empêcha pas d'éprouver de la douleur, douleur à laquelle j'étais depuis longtemps habitué. Stoppant avec force mon bras puis me relevant, mon humeur avait changé du tout au tout. Cette fois-ci, ma voix fut empreinte d'énervement, pendant trente secondes partir desquelles ma voix reprit un timbre bon et mélodieux du fait de mon contrôle de celui-ci.

"Cela fait quelques semaines que je n'ai pas eu un seul combat et, lorsque je viens ici, je tombe directement sur des incompétents qui ne savent pas protéger leurs points vitaux et s'écroulent du premier coup. Alors je suis désolé si je suis un peu brusque. Qui es-tu, toi? Une fois que tu auras répondu, n'hésite pas, jeune fille, à passer à l’attaque avant que je ne perde le peu de contrôle de moi que j'ai encore.

Les doigts de ma main parcourraient nerveusement la poignée de mon glaive et mon bras était pris de petit sursauts, par moment, fruits de mon excitation puisque je sentais bien que l'adversaire qui se tenait devant moi était bien plus capable que les idiots d'il y a cinq minutes et dont les corps allaient surement ressusciter et troubler le combat si celui-ci durait trop longtemps. *Dans ce cas, finis-la avant, Nero* Et j'avais bien l'intention de m'amuser dans ce combat et d'y prendre plaisir même si cela nécessitait de contenir ma force et de me rabaisser au niveau de l'adversaire. Avec un peu de chance, je n'aurais pas beaucoup d'effort à fournir, il suffisait qu'elle dispose des bons pouvoirs après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris Ishtar

avatarMessages : 43
The dead's money : 9721
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton Ombre

Votre pensionnaire...
Groupe: Naught
Puissance:
82/100  (82/100)
Pouvoirs: T'aimerais bien le savoir

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Lun 24 Sep - 16:59

Avant toute chose, l'inconu, qui semblait être un nouveau venu, dégagea les corps inertes de mes camarades de clan, afin qu'ils n'entravent pas nos mouvements, attention plus bien prise de mon côté. Puis, il enleva ses chaussures. En tant normal, j'aurais fait de même, mais j'avais pris l'habitude de me battre avec mes spartiates aux pieds, respectant ainsi, mes origines antiques, que j'estimais assez nobles pour ne pas faillir à mon sang. Bien que théoriquement parlant, c'était mon sang qui m'affaiblissait le plus . . . Il s'approcha et s'inclina, poliment. La pensée qu'il vienne d'un milieu aisé me traversa l'esprit. Cela faisait bien longtemps que quelqu'un ne s'était pas incliné devant moi, même les incompétents de mon clan avaient du mal à me montrer le respect que j'exigeais . . . Il me répondit d'une voix enjouée :

"-Je m'appelle Innocentius Festinius Nero et je suis nouveau ici, arrivé il y a peu. Si je pouvais me permettre un conseil, tu devrais retirer ta lame de son étui, sinon tu seras bien trop désavantagée contre moi. Et n'ai pas peur de frapper, je ne pense pas que tu sois en mesure de me blesser de manière durable.

En quelques secondes, j'eus l'impression qu'il n'avait plus le contrôle de son bras, celui-ci se releva, et j'entendis un craquement. Oulà . . . Je pense que j'allais l'appeler Nero, c'était plus court que l'appeler Innocentius Festinius . . . D'ailleurs, avec un nom tel que celui-ci, il devait avoir une certaine histoire, cachée, derrière ce regard de braise qui me dévisageait. Sa voix changea du tout au tout, avant de reprendre le ton employé juste avant :

"Cela fait quelques semaines que je n'ai pas eu un seul combat et, lorsque je viens ici, je tombe directement sur des incompétents qui ne savent pas protéger leurs points vitaux et
s'écroulent du premier coup. Alors je suis désolé si je suis un peu brusque. Qui es-tu, toi? Une fois que tu auras répondu, n'hésite pas, jeune fille, à passer à l’attaque avant que je ne perde le peu de contrôle de moi que j'ai encore.


Il avait l'air sur de lui, mais de mon point de vue, il ne faisait pas parti des personnes que je qualifiais de "narcissiques" ou encore de "vantards". J'inspirais calmement, et vit ses doigts parcourir son glaive étrange. Il avait hâte de se battre. Tant mieux, après une nuit blanche enfermée dans uns salle à parler des affaires claniques et de tout le reste, j'avais bien besoin d'évacuer tout ce stress inutile. Je m'inclinais, moi aussi pour lui rendre la pareil, quelques mèches de mes cheveux ébènes sortirent de ma capuche, et d'une voix motivée, mais modérée, je lui répondis :

Enchantée, je suis Eris Ishtar. Ne t'inquiète pas pour ma lame, je compte bien dégainer, et utiliser mes pouvoirs. Alors, en garde . . .

J'allais tout donner, pour qu'une fois ce combat terminé, je puisse m'écrouler de fatigue, un sourire satisfait sur le visage. Juste après avoir terminé ma phrase, je fis comme Nero me conseilla, attaquer. Je dégainais alors ma lame de son étui et me mis à courir vers mon adversaire. Ma vitesse étant mon principal allié, je me déplaçais bien plus rapidement que les autres. Arrivant alors à cinq mètres de lui, je bondis et levais mon sabre au dessus de ma tête. Je m’apprêtais à frapper, mais j'activais l'un de mes pouvoirs, la maîtrise de L'ombre. Une lame d'ombre sortit de l'ombre de Nero est fit mine de lui transpercer l'épaule. Je dis bien fit mine, car en réalité, elle l'effleura, et fit diversion, pendant que je me fondis dans l'ombre de mon adversaire. Devenant alors invisible au yeux de ce dernier, je ressurgis derrière lui, Mugen bien tenu entre mes mains, et tentais de lui infliger un coup dans le dos. Je sentis que ma lame commençait à fendre le vent, je devais continuer mon mouvement pour créer une lame de vent suffisamment tranchante pour lui infliger une double blessure. Mais ilf allait que je termine mon mouvement, or, je laissais une ouverture potentielle à Nero. Il ne tenait qu'à lui de l'utiliser pour me blesser. J'étais néanmoins prête à parer son coup s'il visait un de mes points vitaux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inno' Festinius Nero
Serial Killer
avatarMessages : 79
The dead's money : 9669
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22

Votre pensionnaire...
Groupe: Solitaire
Puissance:
0/100  (0/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Lun 24 Sep - 18:42

Après s'être présentée et avoir dégainé son sabre, elle répondit enfin à mon envie de combat, s'étant fait attendre. Mais pour l'instant, je n'allais pas bouger, sauf pour contrer les coups qui me semblait dangereux, dans le but de jauger la jeune fille à partir de son plan d'attaque, sans, pour le moment, interférer dans celui-ci. *Attaque! Laisse tomber cela et amène la ruine à cette salle, ravage tout!* Pour l'instant, je continuais, difficilement à me contenir et à observer le déplacement d'Eris qui se déplaçait avec une vitesse admirable pour un être vivant mais que j'aurais pu aisément surpasser. Elle bondit et sembla apprêter sa lame à frapper mais je devais attendre un peu pour en être sûr: cette stratégie n'aurait pas été du niveau auquel je la croyais donc cela devait être une feinte. Et en plus j'avais une bonne intuition donc c’était une feinte.

L'ombre derrière-moi, hors de mon champ de vision, se matérialisa et fonça sur mon épaule mais j'étais préparé et, de tout manière, ce n’aurait été qu'une simple égratignure si elle m'avait effectivement transpercer l'épaule, au lieu de continuer sa trajectoire pour l’effleurer. Feignant de tomber dans cette feinte, je continuais d'observer la jeune fille, qui disparu dans mon ombre. Maîtrise ds ombres, en voila un pouvoir intéressant et plutôt ennuyeux. Mais l'endroit ou elle allait ressortir était obligatoirement dans mon angle mort, mon dos.Il restait à attendre le bon moment, sagement. *Maintenant! Envoie-la valser!* La lame d'Eris se précipitait, rapidement, vers mon corps, montrant une ouverture mais je n'allais pas la prendre, ça non. Alors que la lame fendait le vent, l'emportant sur mon passage, je commençais ma contre-attaque, un sourire tordant mes lèvres.

Avec une vitesse et une force qui auraient brisé presque tout les os de mon corps si je ne les avait pas renforcés, anticipant mon propre mouvement, j'envoyais le glaive frapper dans le katana de la jeune fille suffisamment fortement pour briser son attaque, dont il ne restait plus rien et pour repousser Eris, l'envoyant plus loin d mon corps en accompagnant mon mouvement d'un coup de pied de force modéré: la partie n'allait pas se finir avant d'avoir commencée. Laissant échapper un rire, témoignant de mon amusement et de mon contentement, je commençais, sans m'en rendre copte moi-même, à donner des conseils à mon adversaire, sur le ton du reproche:

"-Bonne vitesse mais mets plus de force dans ton attaque! Ne sois pas désarçonnée par les coups non anticipés et ne montre pas d’ouvertures si tu veux durer sur le champ de bataille, jeune fille! Ce n'est pas comme cela qu'on gagnz une guerre!

*Mais qu'est-ce que tu fais? Arrêtes tout de suite de donner des conseils, idiot!*
*Désolé mais ça ne rendra le combat que plus agréable.*
*Raaaah! Laisse-moi taper, Nero!*

Sentant mon contrôle sur mon corps s'estomper, je ne puis que le regarder, s'avancer d'une manière lente vers la jeune fille, pratiquant instinctivement les postures de combats les plus avancées, ancrées dans mon corps lui même après deux millénaires de pratique. Arrivant près de la jeune fille, mon corps accéléra brutalement et finit par s'approcher dangereusement du sol lors d'une tentative de fauchage des jambes d'Eris qui serait sûrement destinée à échouer mais qui pourrait reprendre l'enchainement avec une attaque utilisant les arts martiaux et me permettant alors de me remettre dans une posture de combat au glaive. Je me devais d'avouer que je bougeais bien même si il semblait que je laissais toujours une chance à la jeune fille de s'en sortir, du moins sans trop de dégâts immédiats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris Ishtar

avatarMessages : 43
The dead's money : 9721
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton Ombre

Votre pensionnaire...
Groupe: Naught
Puissance:
82/100  (82/100)
Pouvoirs: T'aimerais bien le savoir

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Mar 25 Sep - 16:12

Il n'utilisa pas mon ouverture à bon escient. Et laissa volontairement, ou du moins, ce qui me parut volontaire, ma lame pourfendre le vent. Mais au moment où j'allais terminer le prolongement de mon attaque, pour permettre à ma lame de vent de trancher, il envoya son glaive se fracasser contre Mugen. Le bruit aigu de nos deux lames aiguisa encore plus mes sens. Nero contra mon attaque, et me repoussa avec un coup de pied. Dans son coup, je pus sentir qu'il contenait toute sa force, non, il n'était vraiment pas humain lui. Tant mieux. Pendant mon mini vol plané, je plantais Mugen dans le sol, ce qui m'évita d'être projetée contre le mur opposé. J'étais poids plume, et je devais faire attention à ma condition physique. Objectif principal éviter les coups portés sur les points vitaux, et les endroits où le sang pouvait s'écouler rapidement. D'ailleurs, je sentis le goût accentué du sang monter dans ma gorge, je me retins de cracher ouvertement, cela pouvait être un signe de faiblesse, et puis, ce n'était pas vraiment poli . . . Nero se mit alors à rire, et me lança sur un ton de reproche.

"-Bonne vitesse mais mets plus de force dans ton attaque! Ne sois pas désarçonnée par les coups non anticipés et ne montre pas d’ouvertures si tu veux durer sur le champ de bataille, jeune fille! Ce n'est pas comme cela qu'on gagne une guerre!

Soit gentil et arrête de m'appeler "jeune fille" !

Oui, bon, hein ! La force n'était pas vraiment l'un de mes points forts. Je vous épargne ce jeu de mot complètement idiot et pourri jusqu'à la moelle . . . Alors que je me relevais, je vis Nero s'approcher lentement de moi. Il adopta plusieurs postures de combats, que j'ignorais. Je scrutais le moindre de ses mouvements, guettant ceux qui pouvaient me nuire. Soudain, il se rapprocha un peu trop vite de moi, et essaya de me faucher les jambes. Mais je n'allais pas tomber dans ce piège, vieux comme le monde. Instinctivement, j'allais esquiver l'obstacle, je n'avais que deux possibilités, par les airs, pour sur les côtés. Mais je me doutais bien qu'il profiterait du fait que je n'ai aucuns appuis au sol pour riposter immédiatement et m'infliger des dégâts. Soit . . . la confrontation directe était la meilleure des choses, mais je ne devais pas être imprudente. Mourir ici, dans ce pensionnat, était totalement exclu pour moi. Ce pensionnat n'était qu'une des frontières de ma vie, que je devrais dépasser, rien de plus. Avec plus ou moins de regrets. Je finis par esquiver son attaque, en reculant vers le fond de la salle, et effectuais une succession de roue, qui me menèrent contre l'un des murs de la salle de combat. C'était le moment. Je pris appui sur le mur et transmis toute ma force dans mes jambes. Je pris alors impulsion sur ce dernier pour passer à une vitesse non négligeable de Nero. Une fois arrivée à sa hauteur, j'empoignais fermement mon sabre, et tentais de lui asséner un coup de pieds derrière la nuque. Un atémi. Puis, dans le même temps, je lui assénais un coup de sabre au niveau du dos, par le tranchant de la lame. Oui oui je sais, j'avais la tête à l'envers. Mais vous savez, il m'en a fallu du temps pour apprendre à me battre, comme une guerrière digne de ce nom, uniquement avec mes propres ressources ! J'étais prête à contrer ses coups éventuels, et je me trouvais pile au dessus de son ombre, si besoin je pourrais faire appelle à la sienne et à la mienne pour riposter ou les contrer . . .

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inno' Festinius Nero
Serial Killer
avatarMessages : 79
The dead's money : 9669
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22

Votre pensionnaire...
Groupe: Solitaire
Puissance:
0/100  (0/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Dim 7 Oct - 20:32

Soupire. D'après ce que je voyais, la jeune fille décida d'éviter mon attaque en roulant vers l'arrière. Pitoyable. *Pitoyable, pitoyable, pitoyable.* Devant ces roulades inutiles, je réduisait mon épée d'os à néant: je n'en avais plus besoin, après tout. Il fallait bien que je lui laisse un désavantage puisque j'avais regagné mon propre corps, non? Cette personne qui venait juste de m'énerver... *Lâche.* J'allais tout simplement la briser, la vaincre alors qu'elle était en position d'avantage. Lui montrer ce qui arrivait à ceux qui étaient dévorés par la peur, la volonté de ne pas mourir. Un peur insignifiante puisque, de toute manière, je n'étais pas capable de la tuer, juste de la faire *souffrir.* Les lâches ne mériatent pas de respect sur le champ de bataille: il suffisait de les écraser en leur faisant comprendre leur incompétence. Cette fois, ma voix se fit violence et colère:

"-La peur des blessures et de la mort n devrait pas entraver la danse d'un véritable combattant. Je vais te montrer, fillette."

Elle venait de prendre appui sur le mur et de sauter, tentant de me faire un atémi tout en essayant de trancher mon dos avec sa lame. Elle avait peur de la mort mais se croyait permise de la donner? Quelle illusion! Une illusion qui allait voler en éclat. Mon index gauche rencontra le sol au moment ou je repensais à son pouvoir des ombres, avec un sourire: qu'elle essaye de s'enfuir par une ombre minuscule! Même si c'était possible, elle allait rencontrer... Pressant avec force ce même index, au point d’anéantir presque entièrement les os qui maintenaient sa stabilité, mon doigt s'enfonça dans le sol dur de la pièce alors que mon corps, lui, commençait à se dresser à la verticale. 蛇行術 Snake Form Movement. Le fait d'être capable sans effort de faire des push-up sur un seul doigt, entrainement des Shaolin que j'avais, bien évidemment maîtrisé. Ramenant mes jambes vers moi, comme une boule, je donnais une poussée de la jambe droite pour envoyer mon pied nu sur la lame, de manière à être empalé et à restreindre les mouvements de la jeune fille, utilisant ma maîtrise des os pour que la lame de ce sabre reste en place pendant que...

鐵掃帚功 Iron Broom Sweeping Skill. L'entrainement qui visait à renforcer la puissance des coups de pieds. Libérant toute ma force intérieur, même si elle détruisait mes os aussi vite que je les renforçais et que je les reconstruisais, je frappais du pied sur la jeune fille, ne me souciant pas le moindre instant de ce qu'il lui arriverait et, pendant ce temps, je regardais le sol, ou mon ombre était présente, relevant le poing. La laisserai-je passer ou la frapperais-je? Je n'en étais pas encore sûr mais, pour l'instant, je savais que si je ne l'achevais pas maintenant, j'allais, de tout manière, me déchainer après donc, que faire?

Devant toute cette réflexion inutile, un sourire se forma sur mes lèvres, faisant naître un rire: qu'importais ce que j'allais faire ou même ce que je faisais tant que je m'amusais! L'amusement me montais à la tête et voilait même toute idée de retenue ou de planification, ne laissant que l'envie de frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris Ishtar

avatarMessages : 43
The dead's money : 9721
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton Ombre

Votre pensionnaire...
Groupe: Naught
Puissance:
82/100  (82/100)
Pouvoirs: T'aimerais bien le savoir

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Lun 8 Oct - 17:44

"-La peur des blessures et de la mort n devrait pas entraver la danse d'un véritable combattant. Je vais te montrer, fillette."

Jeuq envie de lui crier " ça se voit que t'es pas handicapé espèce de fou furieux !". Et oui, après une nuit blanche, j'étais de très mauvais poil, et honnêtement, j'aurais préféré être ailleurs que dans cette fichue salle. Pourquoi d'ailleurs ? Je me remémorais ce qui m'avait fait venir ici. Les corps de mes camarades gisant sur le sol me le rappelèrent. Bon sang, la vengeance était un plat qui se mangeait froid, ouais ! bah moi, j'étais en ébullition ! Inno fit une sorte de poirier, et se laissa empaler volontairement le pieds par Mugen. Il avait perdu la tête ?! Bon, je savais qu'il n'avait aucun sens de la raison, mais tout de même ! Si je faisais ça, moi je perdrais connaissance en cinq minutes. Ouais, nan je n'allais pas essayer, nan merci. Il coinça Mugen dans son pieds, il ne ressentait pas la douleur ou quoi ?! Et me donna un coup de pieds très puissant, qui m'envoya de l'autre côté de la salle, percutant le mur. Okay, j'étais au bords de la crise de nerfs, perdre les pédales . . . A tel point que je commençais à me ficher de moi même ! Je me redressais, un peu trop rapidement et me mis à cracher du sang. Le liquide rouge dégoulina sur le sol, et forma une flaque. Il m'avait anéanti le dos ce malade ! Je regardais le mur : pauvre de lui, il était dans un sale état . . . Un sourire totalement hors-sujet se dessina sur mes lèvres, et en l'espace d'un instant, je passais de "super en rogne" à "humour pourri pour se motiver". Je caressais le mur et lui lança :

Pauvre de toi ! Je te promets de te réparer après ♥

Après cette minute de folie complètement stupide, je me levais, je ne voulais pas utiliser mes yeux, si c'était pour cracher encore plus de sang, nan merci ! Je me demandais si je pouvais utiliser le Suimin Circle ou encore Hypnotism. J'oubliais pour le sommeil, il fallait que je lui touche le front, et non merci, mais je n'avais pas envie de finir en carpaccio ! Hypnotism, pourquoi pas ? mais nan, mais yeux vireraient aux rouges. Super discret . . . Je devrais songer à acheter des lentilles pour cacher ces changements de couleur . . . Et en plus, il se baladait avec mon sabre d'un mètre cinquante dans le pied ! c'était un cure-dent pour lui ou quoi ? Je relevais mes manches, et tendis ma main vers lui, j'avais fais mon choix : maldicion. Dans un murmure calme et presque inaudible, je lançais :

Maldicion.

Voilà en quoi elle consisterait pour Innocentus. Elle lui infligerait une douleur intense au niveau du crâne, le faisait perdre connaissance durant deux à trois secondes. Plus il s'approcherait de moi, plus la douleur s'intensifiera. J'espérais que cela suffirait, pour le moment, je devais récupérer Mugen.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inno' Festinius Nero
Serial Killer
avatarMessages : 79
The dead's money : 9669
Date d'inscription : 19/09/2012
Age : 22

Votre pensionnaire...
Groupe: Solitaire
Puissance:
0/100  (0/100)
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Dim 21 Oct - 14:15

Bon... J'avais frappé la jeune fille comme prévu mais à la dernière seconde, le sabre qui était gentiment dans mon autre pied avait provoqué une désagréable sensation de chatouillis, ce qui fit voler mon attention en éclat. Résultat: perte de force. Eris Ishtar fut tout de même projeté contre le mur opposé, laissant celui-ci bien amoché et produisant une flaque de sang par terre, pour une raison qui ne m’intéressait absolument pas. Pendant que la jeune fille se relevait, j'attrapais son ancien sabre, l'extirpant de mon pied qui finirait par se soigner tout seul dans une demi heure et me remis debout, ignorant la douleur. J'y étais habitué de tout manière donc autant l'ignorer puisqu'elle en pouvait que me gêner.

Le katana dans ma main, j'entaillais légèrement mon doigt, jusqu'à laisser l'os apparaitre, ce qui me permettait de faire grandir celui-ci et le renforcer, formant un gantelet qui englobait également le sabre de la jeune fille, épousant ces courbes et étant toujours tranchant. Ce fut à peu près à ce moment là que la jeune fille marmonna quelque chose qui me ft sentir une douleur croissante à mesure que je m'approchais de la jeune fille, jusqu'à me faire perdre la tête. Un rire intérieur s'éleva, jusqu'à sortir de mes lèvres et emplir la pièce entière, distordu par la folie et la douleur... *Pauvre Folle.*

Hallucinations. Hallucinations. Visions d'effroi, voix horribles, encore plus que d'habitude, qui me harcelaient, me harcelaient, ne me laissant pas en paix le moindre instant et qui distordaient peu à peu la pièce elle-même, faisant apparaître et disparaître des fragments de mon passé, réminiscences qui se matérialisaient et se dématérialisaient au gré de mes visions, changeant cet environnement lui-même. L'instant d'après, j'étais agenouillé à terre, riant toujours alors que le monde autour de moi, dans mon champ de vision du moins, sombrait et se métamorphosait. Je me demandais comment Eris réagissait mais je ne parvenait pas à prêter attention à cette silhouette, dans un coin. Aussi insignifiant qu'un simple insecte.

Un champ de bataille, plein de morts gisant à terre, dans leurs armures romaines et les corbeaux se précipitant pour les dévorer, un par un, dans le noir de la nuit. Flash. Ce vieillard qui étais en train d'être tué par moi-même, que j’apercevais aussi, dans ma folie, même si j'étais toujours là, changeant de méthode à chaque fois, décapitation, attaque au cœur... et qui finissait toujours par se régénérer. Flash. La foule de Jérusalem pendant que j'empalais le Christ de la lance du soldat Longinus, le bousculant et les soldats qui attaquaient toutes personne suspecte aux alentours... Flash. Bûcher au milieu du Moyen-Age. Je haletais, n’arrêtant pas de rire ni d'halluciner, mon corps ne m'appartenant plus...

*Laisse-moi jouer, laisse-moi jouer, laisse-moi jouer, Nero...*
"-Jouer!"

Je sombrais, et mon corps, lui, se relevait, alors que toutes ces images se dissipait, avec la folie et avec la raison....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris Ishtar

avatarMessages : 43
The dead's money : 9721
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 20
Localisation : Dans ton Ombre

Votre pensionnaire...
Groupe: Naught
Puissance:
82/100  (82/100)
Pouvoirs: T'aimerais bien le savoir

MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   Dim 21 Oct - 16:13

Innocentus s'entailla le doigt, bien que lorsque je le tenais, Mugen était aussi utile qu'un bout de bois, s'il me l'envoyait en pleine tête, j'étais mal ! Une sorte de nouvelle couche osseuse recouvrit sa main, ainsi que le manche de Mugen. Il s'approchait vers moi, et c'est à ce moment que Maldicion commença à faire effet. Sa réaction me laissa néanmoins perplexe, mon adversaire se mit à rire, un rire qui me fit froid dans le dos . . . Ce rire démoniaque emplit toute la salle, ou du moins ce qu'il en restait. Inno" s'agenouilla par terre, et continua de rire. Ma vision se brouilla, je ne compris pas tout de suite ce qui se passait. La réalité se déforma, je fis, ce qui ressemblait, à une sorte de flash back. Des visions effroyables, des cris, je tenais ma tête entre mes mains. Toute la salle se déforma, pour laisser place à des scènes de terreurs, Inno en train de tuer, remontant encore un peu plus dans le temps, des champs de bataille qui défilaient, les uns après les autres. Des visons cauchemardesques . . . C'était ça la vie d'Innocentus ? Une vie composée de morts, de combats, de torture. A bien y réfléchir, ce n'était pas très différent du pensionnat, seulement le degré de sadisme n'était pas comparable. Il pouvait aussi s'agir d'illusions, inventées de toutes pièces, mais quelque chose me disait que ce n'était pas le cas . . . Toutes ces images traumatisantes défilaient devant mes yeux, et je sentais que mon cerveau n'allait pas suivre le rythme.

"-Jouer!"

Il trouvait que c'était un jeu ?! J'avais connu mieux comme jeu ! Je fermais les yeux, il fallait que je fasse abstraction de toutes ces hallucinations. Petit à petit, je recueillais des informations utiles sur Inno, sur ses pouvoirs . . . et aussi sur son caractère légèrement détraqué. Les idées étaient plus claires. Je ne devais pas me détourner de mon but. Lorsque je rouvris mes yeux, j'assistais à un bucher, qui devait surement se dérouler ua moyen age. Inno se relevait, et s'avançait vers moi, une lueur étrange dans les yeux. J'essuyais les sang qui perlait de mes lèvres, j'entendis les cris, les protestations des "figurants". Je fixais mon adversaire, et une ombre fila vers lui, jusqu'à entrer en contact avec la sienne. Manipulation des Ombres, réussie. En tout cas je l'espérais. Je devais absolument le faire cesser ces hallucinations. je n'avais jamais rien vu de tel . . . en fait, si, mais en moins spectaculaire, lors des missions de la Brigade. Je sentis le sang monter dans ma gorge, mais je me retins de cracher.

- Zut . . .

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand glaive et katana s'entrechoquent. [Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Job Annexe] Quand les sentiments s'entrechoquent avec la mélodie du coeur
» Quand deux mondes s'entrechoquent !
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
School of the Clans : Densetsu-Tekina Senso :: La partie RPG :: Le pensionnat :: Bâtiments secondaires :: Salle de combat-